1

Miyamoto Musashi : le samouraï légendaire

Chaque art martial à ses légendes. En voici une…

Miyamoto Musashi est connu au Japon pour ces multiples talents : escrimeur, philosophe, peintre, jardinier et calligraphe. Expert au Kenjutsu, l’art du sabre chez les samouraïs. Il écrit ainsi de nombreuses œuvres toujours lues au XXI ème siècle. Appartenant à la légende du Shogunat féodal il passionne des milliers de Japonais dans divers secteurs : animations, mangas, livres et jeux vidéo. Commençons son histoire !

Miyamoto Musashi : Le samouraï légendaire

Contexte général du Japon

Au XVI ème siècle le Japon est en voie de pacification. Après des années de guerres, des grands clans décident de s’unir. Le clan Togukawa arrivera à la tête du pays : l’ère Edo peut commencer.

Les débuts du samouraï

Miyamoto Musashi naît le 12 mars 1584 dans la province de Mimaska. Il grandit dans une famille de guerriers, la violence y est alors courante. Son père l’abandonne très tôt, le trouvant incontrôlable. Il sera donc recueilli par son oncle, un moine, qui lui enseigne le kenjutsu et les principes du Bushido (codes moraux des samouraïs). Il apprendra le maniement du katana (sabre japonais). Toute sa vie il ne cessera de suivre ses enseignements.

Miyamoto Musashi
Miyamoto Musahi durant la période d’Edo / Source

En 1596, il n’a que 13 ans quand il tue son premier adversaire en duel. Son style de combat est de toute évidence remarquable. Il devient samouraï sous l’autorité du clan Toyotomi. Miyamoto Musashi se bat courageusement lors de la bataille de Sekigahara qui oppose les Toyotomi aux Tokugawa. Il est pourtant blessé grièvement. Une fois sorti de convalescence, Musashi décide de devenir Rônin (samouraï sans maître) et part après cela sur les routes du Japon. Il affronte alors plusieurs personnes en duels et les gagne tous. Ne se battant pas avec des katanas mais avec un Bokken (sabre en bois). Sa réputation dans le pays croît énormément, rendant jaloux de nombreux guerriers qui veulent l’affronter.

Ainsi lors d’un duel qui a lieu sur une île, notre ronin affronte un guerrier redoutable qui utilise un sabre à longue lame. Musashi décide de tailler une rame en bokken. Les deux adversaires sont maintenant sur le même pied d’égalité. Musashi fracasse le crâne du guerrier, d’un coup net. Fatality !

L’exploit de Miyamoto Musashi

Le plus grand exploit de Musashi se produit quelque temps après. Il décide d’affronter une école d’escrime : l’école Yoshioka. Musashi bat le maître de l’école ainsi que son frère, en combat loyal. Les élèves humiliés n’ont que deux choix : se faire Seppuku (suicide) ou venger leurs maîtres. Ils choisissent la deuxième option. Ainsi, ils lui tendront un piège. Une soixantaine contre un seul homme. Enfantin ! Mais Musashi apprend que l’embuscade aura lieu près d’un col. Il remarque un dédale de marches ou seulement deux personnes peuvent passer. Miyamoto piège ainsi la soixantaine d’apprentis et afin de tenir le choc, Musashi utilise sa technique des deux sabres. Il permet à ses bras de se reposer après chaque coup des assaillants. Il les éliminent jusqu’au dernier. Les baladins commencent à chanter des chansons à sa gloire : la légende est née !

Ichijoji Sagarimatsu Kyoto
Mémorial du combat entre Musashi et  la koryū Yoshioka/ Source

Le Japon étant pacifié totalement par le shogun Tokugawa, Miyamoto Musashi décide donc de se retirer des duels et aventures. Il commence une vie de maître, créant une école de kenjutsu : Hyōhō niten ichi ryū (traduit comme l’École de la stratégie des deux cieux comme une terre) à Kyūshū. La spécificité de cette école est que Miyamoto laisse libre cours aux élèves de trouver la Voie dans les combats. Pour lui chaque élève est différent. Il apprend l’art du combat à deux sabres, extrêmement difficile, mais redoutable. L’école existe actuellement. Plusieurs stages ont ainsi lieu en France majoritairement dans le Val D’Oise.

Miyamoto s’attache, en vieillissant, encore plus aux autres arts. Il fait de la calligraphie et de la peinture à l’encre de chine. Pour ses toiles, il s’inspire majoritaire de la nature qui l’entour. Lacs, cygnes, arbustes sont ses muses. Son style est alors comparable à son art du combat. Rapide, net et précis. Ses œuvres sont exposées dans plusieurs musées nationaux. Musashi travaille dans l’urbanisme, aménageant d’ailleurs des places fortifiées. À Kumamoto, il dessine les plans des jardins de la ville. L’art du jardin japonais n’a pas de secret pour lui.

La fin de Miyamoto Musashi

À 60 ans il sent la mort approcher. Il décide donc de se retirer de son château et d’aller méditer et mourir dans la grotte Reigando (esprit de la grotte). Un fidèle disciple part le convaincre de ne pas laisser l’école. Musashi approuve. Il reste alors de longs mois sur une simple paillasse à attendre la mort. Il écrit ainsi ses ultimes pensées. Un ouvrage court Dokkodo (livre sur la vie seule) et le plus important Go rin no sho (le livre des cinq roues). Le 19 mai 1645, à 61 ans, Musashi transmet ses bokkens et ses écrits à ses disciples et meurt paisiblement. Ses élèves continueront de transmettre son enseignement qui perdure ainsi jusqu’à nos jours.

Conseils et principes à suivre

Les conseils qu’il ne cessa de prodiguer sont : l’indépendance, la fluidité dans les combats, l’entraînement, la confiance en soi et la technique ne doit faire qu’un avec la conscience.

Samouraï / Source

Son dernier ouvrage « Go rin no sho » est divisé en 5 parties : la terre, l’eau, le feu, le vent et le vide. Il parle ainsi des grandes lignes du bushido, en passant par les règles des guerres, l’esprit de son école. Mais on peut en sortir 9 principes à suivre :

-Penser positivement

-S’entraîner dans la Voie

-S’intéresser à tous les autres arts

-Connaître la Voie de chaque métier

-Savoir distinguer les avantages et inconvénients de chaque profession

-Apprendre à juger la qualité de toute chose

-Percevoir et comprendre ce qui ne se voit pas à l’extérieur

-Être attentif aux détails

-Ne pas faire d’actes inutiles

Miyamoto Musashi est une source infinie pour nombre d’artistes. Des films, des séries TV, des jeux vidéo, des mangas, des statues…C’est pourquoi il reste un exemple de guerrier. Un homme simple, droit, courageux. L’art du kendo l’a suivi toute sa vie.

Et comme chaque article mérite sa citation, voici donc celle de Miyamoto Musashi « Sans fixer votre esprit nulle part, frappez l’ennemi vite et avec détermination ».

Mes sources :

https://japon-fr.com/arts-martiaux.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Miyamoto_Musashi

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tokugawa_Yoshinao

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89poque_d%27Edo

https://www.katanas-samurai.com/Musashi-Miyamoto-le-plus-grand-samourai-que-le-japon-ait-connu-ccsaaaaaa.asp

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.