0

Faisons connaissance avec Elio et Eric, passionnés de Street Workout

Nous rencontrons Elio, plus connu sous le nom de Elioavilamunoz sur Youtube et Eric de la chaîne Youtube Eric Flag. Ces pratiquants de Street Workout vont nous raconter leurs passions et leurs parcours.
Bonne lecture !

Interview d'Elio et Eric sur le Street Workout

Bonjour les gars, comment allez-vous ?

Elio : Je ne me suis jamais senti aussi bien.

Eric : C’est une question qui dépend trop de la perspective qu’on décide d’adop… euh je m’emballe, pardon. ça va bien, merci !

Des petites présentations ?

Elio : Je m’appelle Elio, 25 ans, philanthrope, toujours à la recherche de progrès. Je produis du contenu sur Youtube, Facebook, Instagram et Twitter sous le pseudo de Elioavilamunoz.

Eric : J’ai 28 ans, je suis Suisse et j’aime cultiver l’essentiel dans ma vie. C’est-à-dire mettre énormément de moi dans peu de choses. Je pense que c’est important pour progresser dans un domaine spécifique, ce qui me passionne au quotidien, tout comme pour obtenir une certaine clarté mentale.

Qu’est-ce que le Street Workout ?

Elio : En deux mots, c’est un mélange de gymnastique et de musculation au poids de corps.

Eric : Elio l’a bien résumé. C’est un sport attirant pour en tout cas la majorité des hommes, du fait qu’il permet de se muscler avec très peu de matériel en plus d’apprendre à faire des figures impressionnantes et très gratifiantes une fois maîtrisées.

Parlez-nous de vos chaînes Youtube plus en détail ?

Elio : Je l’ai créée parce que j’ai toujours aimé partager ce qui me faisait vibrer. Et depuis 5 ans bientôt, c’est le Street Workout qui me passionne.

Eric : Malgré la complétion de mes études universitaires en finance, j’ai décidé d’essayer autre chose qui m’a toujours semblé autant attirant qu’impossible : créer et partager du contenu autour de ma passion de développement physique et mental à une échelle suffisante pour pouvoir en vivre. Après plus d’un an et demi, je commence à voir le bout du tunnel !

Le Street Workout était le sujet “facile” du début de ma chaîne, de par ma jeune passion pour à l’époque et la place qu’il y avait sur le marché francophone pour ce sujet. Je ne souhaite absolument pas réduire mon contenu uniquement au SW par contre et je ne le fais pas en conséquence.

Dans vos vidéos, vous donnez beaucoup de conseils physiques, mais vous parlez aussi du côté psychologique, pouvez-vous nous en dire plus ?

Elio : Pour moi, c’est le développement de l’humain dans son ensemble qui compte. Le sport m’aide à transmettre des valeurs de base comme le dépassement de soi, et je me sers donc de ces valeurs pour partir sur des sujets plus poussés.

Eric: ça peut sembler cliché, mais si le mental faillit, tout le reste suit, le corps y compris. Entre les deux, l’esprit est le plus important à cultiver selon moi, simplement parce qu’il peut par exemple permettre de mieux ajuster sa perspective lorsqu’on doit décider de si oui ou non “ça va” 😉

Elio: Ta vidéo «  Pas d’excuses » est impressionnante. Tu ne lâches rien tant que tu n’as pas réalisé ton objectif ( passer le 540 ). D’où te vient cette rage de réussir ?

Ma rage de réussir vient de mes ambitions. J’ai donc choisi de les assumer et de me donner les moyens de les atteindre. Voici la vidéo pour le défi du 540 :

Eric: Tu as fait récemment des vidéos sur la méthode Wim Hof . Peux-tu nous expliquer de quoi il s’agit ? Penses-tu que c’est une méthode efficace pour les sportifs ?

Eric : Il s’agit d’une combinaison entre exposition progressive au froid (douches froides de plus en plus longues, bains glacés…) et exercices de respiration consciente, sorte “d’hyperventilation” volontaire qui sert à charger son corps d’oxygène, qui peut ensuite être utilisé juste après par le corps à des fins cardiovasculaires et pour des apnées, entre autres bienfaits de clarté mentale et bonheur subjectif.

Toute mon expérience est résumée dans les deux vidéos que j’ai faites à ce sujet. Je suis convaincu que n’importe qui peut en tirer des bénéfices, même si cela ne vaudra pas les efforts à investir en échange pour tout le monde. La respiration est la clé de beaucoup de sports, comme par exemple les arts martiaux ou ceux centrés autour de l’endurance cardiovasculaire. Apprendre à résister au froid permet déjà de s’endurcir – et là je parle de l’esprit – mais il y a aussi certains bienfaits qui ont été étudiés en rapport à cela, comme par exemple une meilleure récupération musculaire grâce aux bains glacés, ou un système immunitaire renforcé.

Eric, tu as changé ton alimentation pendant un mois en devenant végétalien. Peux-tu nous parler de cette expérience ? Tu expliques qu’il ne faut pas devenir végétalien ou vegan par sacrifice ou privation, mais par conviction et par éthique. Penses-tu qu’un sportif de haut niveau ayant une alimentation exclusivement vegan peut obtenir les mêmes résultats qu’un sportif ayant une alimentation avec de la viande ?

Eric : Je pense en effet qu’il ne faut pas devenir végétalien ou végétarien par pure recherche de performances, de bonne santé, de perte de poids, de suivi de mode ou de quoi que ce soit d’autre du genre. Cela doit venir de convictions personnelles plus profondes pour que cela fonctionne et qu’on en ressorte réellement plus heureux, performant, etc.

Je suis convaincu qu’un sportif végétalien n’a potentiellement rien à envie aux autres, mais il est évident qu’il faut mettre un système en place en conséquence qui soutienne optimalement son sport et ses objectifs, qui sera plus strict par définition. C’est bien pour cela que cette rigidité ne doit pas être perçue comme des privations ou sacrifices pour que cela soit soutenable.

Pouvez-vous nous raconter comment se passent vos entraînements ?

Elio : Je m’entraîne tous les jours entre 1h30 et 3h. Je travaille la force, les reps, la souplesse, l’équilibre et le freestyle en fonction de mon corps.

Eric : Je m’entraîne 1h30 à 2h, la plupart du temps un jour sur deux pour bien récupérer entre temps. J’ai très longtemps travaillé majoritairement les figures de street workout et la force pure, de façon à les maîtriser, ce qui m’a fait prendre un peu de retard sur le côté endurance musculaire, que je suis en train de rattraper en ce moment, avec de plus longues séries sur des exercices de bases.

J’ai toujours adoré les équilibres, que je travaille non stop et en ce moment, je me donne beaucoup sur tout ce qui est exercices au poids du corps lestés (tractions, dips…).

Au niveau de l’alimentation, à quoi ressemblent vos repas ?

Elio : Je mange comme un taré. Quasiment pas de glucides, une blinde de légumes et des protéines, dinde principalement.

Eric : Je suis végétarien depuis maintenant 6 mois après mon expérience végétalienne. Je fais attention à manger suffisamment de protéines en conséquence et je mange beaucoup de fruits et légumes tous les jours. J’ai pesé et compté mes aliments, calories et macronutriments pendant tellement longtemps par le passé, que tout cela est devenu un automatisme visuel pour moi et que je peux très facilement contrôler l’esthétique de mon corps sans trop d’efforts grâce à cela ainsi qu’au Jeûne Intermittent que je pratique depuis 5 ans. Je parle et j’enseigne à propos de tout cela dans mes vidéos Youtube également.

Quels sont vos points forts ? Vos faiblesses ?

Elio : Mon point fort c’est de vouloir bosser sur mes faiblesses et des faiblesses j’en ai un paquet. D’ailleurs j’en parlerai dans une vidéo.

Eric : Mon point fort est d’avoir une conscience de moi relativement élevée, je pense, ainsi que de ne pas (plus) avoir peur de mettre les heures de travaille lorsqu’il le faut. Ce que j’ai dû faire 7j/7 depuis que je tente de vivre de mon contenu. Ma plus grande faiblesse, je pense pourrait être une certaine rigidité qui se serait installée par la même occasion, notamment par rapport au fait qu’il est encore difficile pour moi de déléguer du travail à d’autres et ainsi d’accepter qu’il ne soit pas fait précisément comme je l’aurais fait moi-même.

Avez-vous déjà été blessé ?

Elio : Je n’ai jamais été blessé gravement. Cependant j’ai eu beaucoup de bleus et d’arrachements de main.

Eric : Plusieurs fois oui. Jamais rien d’extrêmement grave, mais mes tendons aux biceps m’ont déjà posé des soucis par le passé (3 semaines d’arrêt auto-infligées) à cause de surplus d’exercices de tirages à haute intensité. Tout comme ceux de mes avants-bras, qui m’ont fait souffrir pendant mon apprentissage de la planche.

Vous avez déjà participé à des compétitions de Street Workout. Pouvez-vous nous raconter le déroulement de ces compétitions, vos impressions et vos résultats ?

Elio : Le plus simple c’est que ton public aille voir la vidéo que j’ai faite à ce sujet. Les gens l’ont vraiment adoré !

Eric : Jamais rien à un niveau particulièrement élevé. J’en ai fait quelques une, surtout parce que je pensais pouvoir m’enrichir personnellement de cette atmosphère spécifique et l’utiliser pour mieux me battre moi-même.

Enfin, cette histoire de vouloir surtout m’affronter moi-même et non les autres vient peut-être d’une peur intérieure de ne pas être à la hauteur face à d’autres et à la réputation et au niveau qu’on souhaiterait me donner étant donné mon apparente autorité sur le sujet. Qui sait ?

Quel est votre meilleur souvenir dans le Street Workout ? Et votre pire souvenir ?

Elio : Ma réussite du 540, c’était de loin le moment le plus kiffant de ma vie ahah. Mon pire souvenir… Je n’arrive pas à me souvenir de mauvais moments et je n’en vois pas l’intérêt. Mais je dirais les fois où je dois arrêter de m’entraîner parce que je me suis arraché les mains.

Eric : Quand j’ai finalement pu tenir mes premières straddle planche, après de très longs mois douloureux passés à la travailler. Mon pire souvenir est la douleur lancinante qui peut s’installer lors des quelques blessures chroniques que je fais tout pour éviter désormais. C’est assez horrible de se sentir impuissant face à son corps dans ces situations.

Qui est votre idole dans le Street Workout ?

Elio : Mon idole est Daniels Laizans. Il s’agit du champion du monde qui partage d’ailleurs un max la discipline.

Eric : Je suis d’accord avec Elio. Daniels est mon favori notamment grâce à ses talents de créateur de contenu qui viennent s’ajouter à son niveau digne de l’élite mondiale.

Qui est le sportif qui vous inspire le plus ?

Elio : Je dirais Andrea Larosa. C’est un gymnaste et également pratiquant de street workout. Il a d’ailleurs obtenu de nombreuses récompenses dans de nombreux championnats.

Eric : J’ai du mal à trouver un nom spécifique, aussi parce que je ne consomme que peu de contenu sportif en dehors du street workout. J’avoue quand même avoir eu très longtemps un faible, qu’il m’arrive de retrouver ces jours aussi, pour un bon match de tennis de Roger Federer !

Vous intéressez-vous au MMA ou à la boxe ?

Elio : Non, car je n’ai pas le temps de me pencher dessus, mais je suis convaincu que ça me plairait !

Eric : Non plus. Bien qu’étant intéressé par plus ou moins tout, je me force à ne pas trop me disperser de façon à pouvoir mieux accomplir certaines choses dans les domaines que je choisis.

Quels conseils donnerez-vous à un jeune qui cherche à avoir un meilleur physique et qui hésite entre la musculation au poids de corps et la musculation en salle avec des poids ?

Elio : Pourquoi ne chercher que le physique s’il y a moyen d’avoir des figures en plus ?

Eric : J’en ai fait une vidéo haha ! Mes conclusions sont que pour des objectifs purement esthétiques et de masse musculaire, la musculation en salle sera plus simple et probablement plus rapide. Mais comme Elio l’a dit, pourquoi s’y limiter ? C’est un choix personnel bien entendu. Je suis d’ailleurs moi-même passé au SW après 6 ans de musculation en salle. À la fin desquels mes objectifs s’étaient ainsi grandement estompés.

Quels sont vos prochains objectifs ?

Elio : Mes prochains objectifs sont de faire, un frontlever de 20 secondes, un handstand à une main ainsi que des tas d’autres choses.

Eric : De continuer à créer des vidéos encore plus régulièrement. De faire croître tout ce que je construis en même temps autour de cela et de m’entourer de plus de personnes pour m’aider. Mes objectifs sportifs se retrouvent en ce moment dans l’ombre de ceux-ci si je suis honnête avec moi-même.

Un dernier mot ?

Elio : Merci pour cette petite interview ! J’aime beaucoup le fait que tu te bouges pour faire évoluer ta passion. Je te souhaite le meilleur pour la suite !

Eric : Merci pour ce petit moment de réflexion avec moi-même pour répondre à ces questions. Pas facile de sortir la tête du guidon parfois ! J’adore voir que d’autres personnes ont à cœur de partager du contenu sur ce qui les passionne et je ne peux qu’entièrement t’encourager à continuer à le faire ! ?

Conclusion

Je remercie Elio et Eric d’avoir répondu à mes questions. Ces passionnés de street workout se donnent à 100% dans leur discipline et cela fait donc vraiment plaisir à voir. Même s’il n’y a pas de lien direct entre le street workout et les arts martiaux, on retrouve dans leurs réponses beaucoup de points communs qui visent ainsi à pratiquer dans les meilleures conditions son sport. La passion, la détermination, le plaisir de pratiquer, l’entraînement quotidien, la motivation et le dépassement de soi sont des choses que l’on retrouve aussi bien dans les sports de combat que dans le street workout. Je vous invite donc à faire un tour sur leurs chaînes Youtube, peut-être qu’Elio et Eric vous donneront envie de pratiquer leur discipline.

En conclusion, je vais finir par une citation de l’écrivain Neale Donald Walsh, ” La vie commence à la fin de votre zone de confort “.

Dis-moi ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.