2

Faisons connaissance avec Johann Duhaupas, l’un des meilleurs boxeurs français

Nous rencontrons Johann Duhaupas, un boxeur poids lourd avec une incroyable carrière. Il a combattu les plus grands noms de la boxe anglaise tels que Deontay Wilder ou Povetkin en faisant à chaque fois preuve d’un courage et d’une détermination admirable.
Johann Duhaupas, au fil de cet interview va se présenter, nous raconter son super parcours et nous donner des petites anecdotes tout en nous parlant de ses projets futurs.
Bonne lecture !

Johann Duhaupas : Interview d'un boxeur d'exception

Bonjour Johann Duhaupas, comment vas-tu ?

Ça va, je maintiens la forme même si le manque de combat commence à être long, j’espère que ça va bouger très vite.

Pourquoi as-tu commencé la boxe anglaise ?

J’ai commencé la boxe parce que j’ai toujours été attiré par ce sport depuis que j’ai vu Rocky avant l’âge de 5 ans. Je n’ai pu commencer qu’à 19 ans car impossible avant pour moi, pas les moyens d’aller à 50 km dans le club le plus proche a l’époque.

Peux-tu nous raconter ton parcours et les titres que tu as obtenus ?

J’ai toujours pris la boxe comme elle venait, je n’ai jamais eu la prétention de faire la carrière que j’ai faite. Je n’aurai même pas pensé pouvoir être champion régional amateur à l’époque, je suis allé en finale nationale en deux ans de boxe. J’ai intégré l’équipe de France puis je suis passé pro en 2004.

Quels sont tes points forts ? Tes faiblesses ?

Je suis un boxeur dur au mal qui a une bonne condition physique, une fois sur le ring, je suis là pour aller au bout. Mes points faibles ont été la peur de bouger au début de ma carrière, j’ai écouté les mauvaises personnes par manque de métier et mon manque de confiance en moi.

Pour évoluer parmi les meilleurs mondiaux, il faut être au top physiquement. À quoi ressemblent tes entraînements ?

Mon préparateur physique m’envoie un programme chaque semaine et je le suis au mieux en attendant les échéances. Deux séances par jour du lundi au samedi, une fois la date de combat officialisée, je pars en camp d’entraînement.

Tu es un poids lourd, tu dois donc avoir une sacrée alimentation. Peux-tu nous parler de ton alimentation ?

J’essaie de m’alimenter du mieux que je peux, avec les années, j’ai appris à me connaître et j’essaie de suivre un régime permanent. Certains trouvent que je ne mange pas beaucoup des fois pour mon poids, mais je suis obligé sinon je grossis très vite.

Ta première défaite chez les pros a été contre l’Italien Pianeta alors que tu étais invaincu depuis 17 combats. Qu’as-tu ressenti lors de cette première défaite ( par décision ) ?

J’ai eu besoin de ce combat pour me situer au niveau européen. J’ai fait mon premier gros combat dans une grande réunion, en sous-carte de Valuev Holyfield. Combat serré contre un mec avec de gros moyens donc positif, j’ai manqué d’expérience, mais c’est avec ce genre de combat que j’en ai pris.

Le 26 septembre 2015, tu as affronté Deontay Wilder pour le titre WBC.
Lors du face à face après la pesée, tu n’as pas voulu lâcher le regard avec Wilder pendant plusieurs secondes. À quoi pensais-tu pendant ces longues secondes ?

Je voulais lui montrer qu’il n’allait pas s’amuser et que contrairement aux dires, je n’allais pas faire de la figuration.

View this post on Instagram

Quand j’ai affronté la foudre 🌩

A post shared by Johann Duhaupas (@johann_reptile_duhaupas) on

Johann Duhaupas contre Deontay Wilder

Ta préparation pour ce combat a été assez courte. Comment t’es-tu préparé ?

Nous avons privilégié le sparring, beaucoup de sparring. Mon cardio est toujours travaillé donc là dessus je n’étais pas en retard.

Après le combat, Deontay a affirmé que tu avais une capacité unique à encaisser les coups et que tu avais tout son respect.
Comment as-tu trouvé ta performance ce soir-là ?

Avec un peu plus d’expérience, je suis convaincu que j’aurai pu créer la surprise, plusieurs spécialistes ont dit que j’avais le plus solide menton de ma génération, c’est-à-dire au monde.

Johann Duhaupas et Deontay Wilder

Quelques mois plus tard, tu as affronté l’invaincu Finlandais, Robert Helenius pour le titre de champion WBC silver. Et tu t’es imposé de la plus belle manière chez lui, dans son pays.
Quel effet ça fait de battre un boxeur invaincu sur son propre sol ?

C’est un de mes meilleurs souvenirs, battre un double champion d’Europe, invaincu et dans son pays, à été une joie immense et une consécration.

Tu as également affronté Povetkin ( en étant prévenu au dernier moment ). Peux-tu nous raconter ce combat ?

Après ma victoire contre Helenius, je pensais que c’était enfin lancé pour moi, puis rien, de l’attente encore et encore. On m’a ensuite attribué Takam comme challenger, donc nous avons accepté et nous avons perdu les enchères. Nous attendions la date et le lieu du combat, mais un mois avant le combat, toujours rien, nous étions certain que ce combat n’allait pas avoir lieu. Dans le même temps, l’équipe de Povetkin nous a invité dans leur réunion en Sibérie où devait avoir lieu Povetkin/Stiverne. Ils voulaient nous parler d’un éventuel combat après le leur, nous avons accepté d’y aller, très bien accueilli sur place, nous nous préparions à assister à un beau combat et à une belle réunion.

Le jour du combat, en allant voir sur les sites spécialisés, j’apprenais que Povetkin était dopé, après des propositions et des négociations ( Stiverne avait refusé de combattre ), j’ai voulu tenter ma chance même si je n’en avais pas beaucoup contre un champion dopé et entraîné, mais c’est mon caractère, j’aime les défis.

Johann Duhaupas contre Povetkin

Tu as été le sparring partner de Klitschko pour sa préparation contre Joshua. Peux-tu nous raconter comment s’est passé ce camp d’entraînement pour toi ? Quel a été ton rôle exactement ?

Oui, très bons souvenirs et fier d’avoir contribué à la réussite d’un superbe combat, j’ai accepté ce camp, car je n’avais jamais rencontré Wladimir Klitshko et j’ai été agréablement surpris, car c’est un homme humble et très pro.
Ça se passait très bien, mais malheureusement au bout de deux semaines et demi, j’ai dû rentrer, car il m’avait ouvert l’œil avec son coude involontairement.
Mon rôle était de ne pas le lâcher, ils aiment mon style.

Gardes-tu contact avec les boxeurs que tu as affrontés ?

Non pas vraiment, quelques-uns sur les réseaux sociaux, mais pas plus que ça. Quand nous nous voyons, nous sommes heureux de nous retrouver dans un autre contexte, surtout avec Wilder qui m’apprécie.

Johann Duhaupas, quel est ton meilleur souvenir dans ta carrière ? Ton pire souvenir ?

Mon meilleur souvenir est mon titre national chez moi a Abbeville. C’est important pour moi d’être champion de France et dans ma ville natale. L’autre très bon souvenir a été ma victoire sur Helenius en Finlande.
Mon pire souvenir a été ce fameux KO contre Povetkin. Je n’ai pas aimé la réaction du Russe qui n’est pas venu prendre de mes nouvelles. Je le pensais plus respectueux, surtout pour quelqu’un qui lui a sauvé sa soirée devant 17000 personnes.

Qui est le meilleur boxeur poids lourds de tous les temps selon toi ( toutes époques confondues ) ?

Mohammed Ali et Mike Tyson. Ali a été champion sûr et en dehors du ring, un véritable personnage intelligent qui a montré un autre visage du boxeur. Tyson pour sa puissance et sa personnalité, un véritable lion très difficile à dompter.

Quel boxeur aimerais-tu affronter ( toutes époques confondues ) ? Et pourquoi ?

J’aurais aimé affronter Tyson, je suis tellement dur que j’aurai voulu montrer au monde qui j’étais face à lui.

Que penses-tu de la catégorie des poids lourds aujourd’hui ?

Elle a eu un veau pendant des années et malheureusement pendant ma carrière donc peu de télés et donc de moyens. Aujourd’hui, elle est redevenue très intéressante, car il y a plusieurs champions et non pas un ou deux qui dominent la catégorie.

Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui aimerait tout comme toi, évoluer parmi les meilleurs au monde ?

Il faut qu’il écoute et qu’il n’hésite pas à s’entraîner avec les meilleurs. Pour être un top, il faut s’entraîner et croiser les gants avec les tops.

Quels sont tes prochains objectifs ?

J’aimerais avoir une autre chance mondiale.

View this post on Instagram

Avec le cœur 🥊

A post shared by Johann Duhaupas (@johann_reptile_duhaupas) on

Un dernier mot Johann Duhaupas ?

La fin est proche, mais je suis encore là, je suis un vétéran maintenant, mais je n’ai jamais été meilleur qu’aujourd’hui, merci d’y croire et du soutien.

Conclusion

Un immense merci Johann Duhaupas d’avoir prit le temps de nous répondre !
Tu es certainement le meilleur poids lourds français actuel et tu es aussi sympa devant la caméra que derrière. Merci de représenter la France depuis toutes ses années de façon aussi courageuse et admirable.
Tu es la définition même du boxeur sans peur, tu affrontes n’importe qui, n’importe quand, n’importe où, même sans préparation optimale.
Car ce que tu aimes, c’est le challenge, plus c’est dur, plus tu te dépasses.
Je te souhaite encore de disputer de fantastiques combats et de nous faire rêver avec pourquoi pas une nouvelle chance mondiale.
Merci Johann Duhaupas !

Je vais finir avec une citation de Mohamed Ali, ” Si vous voulez gagner, votre volonté ne doit jamais fléchir, votre foi ne doit jamais faiblir. Vous ne devez jamais cessez de vous battre. “

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.