0

Faisons connaissance avec Chris Genachte auteur de “Le MMA ne s’apprend pas dans un livre”

Nous rencontrons Chris Genachte, un passionné de MMA. Un énoorme passionné. Il est manager, coach, commentateur, analyste, podcasteur et plus encore. Son but ? Partager ses connaissances sur le MMA et les rendre accessibles à tout le monde, peu importe le format. Il a écrit par exemple un super livre ” Le MMA ne s’apprend pas dans un livre ” dans lequel on peut retrouver beaucoup de conseils techniques et tactiques et qui est adapté pour tout le monde. Coach, combattant débutant et confirmé ou fan de MMA.

Faisons connaissance avec Chris Genachte auteur de "Le MMA ne s'apprend pas dans un livre"

Dans cette interview, Chris Genachte va nous raconter son parcours, sa passion pour le MMA et nous donner son avis sur de nombreux aspects autour du MMA.
Bonne lecture avec Chris Genachte !

Bonjour Chris Genachte, comment vas-tu ?

Bonjour Brandon, je vais MMAgnifiquement bien et toi ? 

Chris Genachte

Tu es passionné d’arts martiaux et sports de combat depuis ton enfance. Peux-tu nous raconter ton parcours martial jusqu’à ton arrivée dans le MMA ?

Alors, tout tout jeune, mes parents voulaient que je sois capable de me défendre. Ils m’ont inscrit au judo et au karaté shotokan. J’avais 5 ans, donc je ne me souviens plus du “pourquoi” mais je me souviens avoir seulement continué le karaté. Probablement, car je faisais du foot également et que c’était peut-être compliqué de combiner les 3.
De mes 5 à mes 13 ans, je ne faisais que du karaté et du foot. À partir d’un moment, je voulais tester un sport plus “full contact” et je me suis dirigé vers de la boxe mais ça ne me plaisait pas.

D’un côté (karaté), j’étais limité à du light contact, de l’autre, j’étais limité à n’utiliser que mes poings. À l’époque, les sports de combat étaient peu développés en Belgique et j’accrochais assez bien au football, ce qui fait que j’ai eu une “pause martiale” pendant 2 années. J’ai toujours dit que les pauses étaient bénéfiques et celle-ci en est la preuve; je suis tombé sur des vidéos du PRIDE pendant cette pause et j’ai commencé à me renseigner sur le MMA, à regarder des combats, à suivre l’UFC. J’ai alors fait des traductions pour eux en échange de T-shirts et shorts.

Et là, le détail qui a changé ma vie. Je suis allé avec ma belle soeur m’entraîner dans une salle de fitness avec un des T-shirts UFC (oui, j’étais un de ces gars-là, qui portait du UFC sans faire de MMA) et un des coachs m’a renseigné qu’il y avait une salle de MMA pas loin.

Le lendemain, j’y étais inscrit, et j’y allais tous les jours, soit pour du Muay Thai, soit pour du MMA. C’est là où tout a réellement commencé, directement à 100%, en 2008. 

Chris Genachte, comment ont réagi tes amis quand tu leur as dit que tu pratiquais du MMA ?

Première chose, nous étions en 2008. Pour ceux qui faisaient du MMA à l’époque, vous vous souvenez qu’à chaque fois que vous disiez ces 3 lettres, les gens faisaient la blague des assurances ? Ça m’arrivait tout le temps.
Et le peu qui voulaient en savoir plus, pensaient que j’étais fou de faire un sport aussi violent.
Ma réponse était très simple, je visais à proprement toucher l’égo de ceux qui s’arrêtaient aux stéréotypes en leur répondant “il ne faut pas confondre violent et viril”. Ça marchait assez bien, je dois dire.

Au final, c’est grâce à ces réactions que j’ai fait mes premiers pas en tant que coach. J’ai décidé de louer une salle à raison d’une fois par semaine pour un trimestre dans le but de faire découvrir le MMA à mes amis. Leur montrer qu’il y avait de la technique, de la réflexion derrière ce qu’ils considéraient comme violence.
C’était en 2012, et le projet a continué via du bouche-à-oreille et je n’y ai mis un terme que 5 ans plus tard, lorsque je suis devenu coach des Red Kings. 

D’ailleurs, c’est “grâce” au MMA que tu as rencontré ta compagne ?

C’est l’inverse, c’est “grâce” à notre rencontre que ma copine (et bientôt femme) s’est lancée dans le MMA. Elle avait toujours voulu faire un sport de combat, mais n’avait jamais “osé”. Ce qui était assez fréquent à l’époque car vu de l’extérieur, les femmes avaient peur de ce qu’elles pouvaient découvrir dans une salle de boxe ou de MMA. Au final, je lui ai expliqué qu’à mes cours d’initiation, on faisait des trucs simples, on ne se tapait pas (trop fort) dessus et que c’était accessible à tous. Il y avait notamment un ratio 60-40 entre hommes et femmes à la Team 360. Elle a essayé, adhéré, accroché et suit le sport d’assez près depuis lors.

Tu es l’auteur du superbe livre «  Le MMA ne s’apprend pas dans un livre ». Un livre que je conseille à tous les pratiquants de MMA pour améliorer leurs stratégies et leurs techniques.
Combien de temps t’a pris l’écriture de ce livre ? Pourquoi t’es-tu décidé à écrire un livre ?

Merci, ça me touche énormément qu’il t’ait plu !
Cela m’a pris une petite année de l’écrire à proprement parler. Je prenais des soirs en semaine après le boulot pour écrire, après 8 ou 9 mois, j’avais alors tout écrit. C’est après que ça a coincé un peu niveau timing. J’ai mis du temps à me motiver à relire, j’ai mis du temps à créer le visuel, et j’ai mis du temps à me renseigner sur comment le sortir via Amazon.

Au final, entre mon premier mot et la sortie, près de deux années se sont écoulées, mais ce n’était pas plus mal, car ça a permis au livre de sortir quand j’étais un peu plus crédible en tant qu’acteur du MMA dans la sphère francophone. La volonté de l’écrire venait simplement d’un challenge que je m’étais lancé. Je trouvais ça cool de pouvoir dire “j’ai écrit un livre”, et du coup, je l’ai fait.

View this post on Instagram

Proud.

A post shared by Chris | MMA Coach (@thehappyheavyweight) on

Chris Genachte et son livre ” Le MMA ne s’apprend pas dans un livre “

Un deuxième livre est-il prévu ?

Oui ! J’ai déjà trouvé mon angle pour mon deuxième ouvrage et j’ai déjà deux idées pour d’autres livres.
Je vais profiter de cette interview pour annoncer officiellement le prochain: il s’agit d’un nouveau challenge. Ainsi, je vais l’écrire en anglais directement, et puis le traduire moi-même en français. Je vise maintenant un public plus large en l’écrivant en 2 langues et en choisissant un angle qui peut toucher tout le monde: ce sera le juste milieu entre MMA et développement personnel, car les livres sur le développement personnel sont mes favoris.

En très bref, ce sera un regroupement de tout ce que le MMA m’a appris et que j’ai pu appliquer dans ma vie journalière pour m’améliorer en tant qu’humain. Ça paraît cheesy, mais je pense vraiment que ce sport est une excellente analogie aux réalités de la vie. Pour mieux illustrer ce que j’entends par la, quoi de mieux que des exemples de chapitres. Ne pas confondre excuse et raison – Le principe de dualité entre frustration et discipline – Toujours analyser le risque vs la probabilité de réussite vs la conséquence possible. J’ai une quarantaine de chapitres qui seront tous faciles et rapides à lire (environ 5 pages chacun).
J’ai envie de le rendre agréable à lire. Avec beaucoup de takeaways applicables directement dans la vie de tous les jours, pour tout le monde et n’importe qui.

Tu es le fondateur de Project 360 MMA. Peux-tu nous expliquer de quoi il s’agit ?

Project 360 est mon projet personnel qui regroupe ainsi toutes mes activités liées au MMA. J’y intègre donc mes analyses, les annonces de combat de ceux dont je suis le manager et/ou le coach, mes podcasts, etc. J’ai créé cette page pour éviter d’avoir des gens qui veulent que des trucs MMA sur leur news feed et qui se retrouvent avec mes photos de vacances. C’est au final pour scinder les aspects de ma vie non liés au MMA et ceux liés au MMA. 

Chris Genachte, tu es commentateur pour la chaîne Eleven Sports. Comment ça se passe ?

C’est très chouette. Ma première expérience en tant que commentateur était au SHC avec Dan Gagnon. Quand Eleven Sports ont annoncé qu’ils allaient passer du MMA, je leur ai envoyé mon CV pour voir s’ils cherchaient des commentateurs. Au début, ils avaient déjà leur équipe et un jour, ils m’ont contacté pour faire un remplacement de dernière minute. Je l’ai fait, et depuis, ils me reprennent et j’en suis très heureux. Cela me permet de me renseigner encore plus sur le sport qui me passionne et me permet, via un nouveau canal, d’ “éduquer” les fans casuels en étant précis dans mes commentaires et mes “analyses live”.
J’ai reçu des feedbacks de gens qui apprenaient beaucoup simplement via les détails techniques lorsqu’ils sont expliqués pendant un combat et ça me fait tellement plaisir d’avoir ce genre de retour !

Tu fais également des podcasts ” Au nom du Chris ” ainsi que des podcasts avec Dan Gagnon. Peux-tu nous le présenter et nous raconter comment se passent les podcasts ?

Dan est un comédien canadien qui est venu vivre en Belgique une dizaine d’années. Il faisait des one-man-show et travaillait pour des chaînes télévisées belges. Un jour, il a débarqué à un stage que j’avais organisé pour la Team 360 avec Tarec Saffiedine. Il a adoré et s’est du coup inscrit à mes cours. Nous, on a directement accroché l’un à l’autre au point de se voir régulièrement. Nous avons ensuite lancé le podcast “Tout sur la bagarre”. Malheureusement, maintenant qu’il est reparti au Canada, c’est difficile pour nous de continuer, mais cela m’a donné goût à parler à un micro. Ce qui fait qu’aujourd’hui, j’ai ma plateforme “Au nom du Chris” qui a deux aspects : les analyses MMA et la communication positive pour contrer tous les médias classiques qui nous cassent le moral chaque jour.

J’invite des gens qui ont réussi dans leur domaine pour inspirer et motiver les auditeurs, comme le fait Joe Rogan par exemple. 

Chris Genachte et Dan Gagnon
Chris Genachte et Dan Gagnon
Facebook : Project 360

Tu es plus que passionné, chaque détail compte pour toi dans ce sport. D’ailleurs Dan dit “Si vous n’avez pas envie de regarder le même combat pendant 8 heures pour analyser uniquement le mouvement des chevilles dans les feintes de changement de niveau, rassurez-vous, vous n’avez pas à le faire. Chris Genachte l’a fait pour vous et a écrit ce livre.”
Comment expliques-tu cette obsession que tu as pour la compréhension de chaque détail du MMA ?

C’est une bonne question. Je crois que naturellement, je suis assez curieux et j’ai besoin de comprendre les choses. J’ai toujours détesté le par coeur, j’ai toujours adoré la logique. En MMA, il n’y a pas de par coeur, il n’y a que de la logique, avec aussi ce petit côté chaotique et imprévisible. J’aime avoir ce challenge d’essayer de contrôler tout ce qu’on peut contrôler, mais avoir toujours un doute, car il y a des facteurs sur lesquels on ne sait pas avoir la main mise à 100%. Un chapitre de mon deuxième livre s’intitulera “The difference between being good and great hides in the details” et c’est pour cela que je suis obsédé par les détails. Ceux qui se concentrent dessus sont ceux qui brillent le plus. 

Tu es le manager et coach de plusieurs combattants. Peux-tu nous expliquer en quoi ça consiste ?

Ça a commencé par besoin. Lorsque j’ai rejoint les Red Kings, ils avaient tous besoin d’un combat. J’ai donc cherché toutes les promotions que je pouvais trouver en Europe et je leur ai rédigé un bon mail bien propre.
J’ai trouvé des opportunités pour certains et j’ai trouvé ce rôle assez chouette. Communiquer, rencontrer de nouvelles personnes, négocier, organiser. Ce sont des tâches que j’aime bien faire. Ça a donc continué naturellement.

J’ai hésité plusieurs fois à “ouvrir mes portes” mais la confiance à une grosse importance, donc je préfère me limiter à manager les combattants que je coach, ou du moins, des athlètes que je connais sur le plan personnel. Malheureusement, c’est l’aspect le plus frustrant de ma vie pour le moment, car je travaille full-time en immobilier, et, étant coach, et ayant d’autres activités, je ne suis pas du tout le plus actif des managers sur le marché, mais je pense être un assez efficace compte tenu le peu de temps investi. J’aimerais tellement pouvoir investir tout mon temps à mes activités liées au MMA pour exploiter tout le potentiel de mes athlètes. Ça viendra 🙂

Peux-tu nous parler de quelques-uns des combattants dont tu t’occupes ?

Pour éviter de faire des jaloux, je vais parler des mes trois athlètes les plus expérimentés.

– Brian Bouland, c’est de lui que tout est parti. C’est lui qui m’a fait confiance pour intégrer les Red Kings. C’est lui qui me challenge intellectuellement tous les jours. Brian est un gars comme moi, absolument pas prédestiné au MMA mais qui y a trouvé goût ! Il poursuit une carrière incroyable et a eu une évolution quasi incomparable. Il a six apparitions au Cage Warriors et notre objectif est qu’il y devienne champion. Nous venons d’essuyer un petit revers, mais on va y arriver en 2020.

Brian Bouland avec Chris Genachte

– Donovan Desmae. C’est un athlète très talentueux qui prend sa carrière au sérieux. Il ne recule devant rien et a une aura indescriptible une fois dans la cage. Il place soit un highlight reel, soit il provoque un fight of the night. Vous pouvez aller voir ses 11 derniers combats, vous allez tous les kiffer. Lui, c’est pareil: 8 combats au Cage Warriors, et on va chercher cette ceinture en 2020 et l’UFC par après.

– Lom-Ali Nalgiev. J’ai envie de parler de lui, car c’est un Russe qui a débarqué chez nous et qui est à 4-0 depuis son arrivée chez les Red Kings. C’est très difficile de lui trouver des combats à cause de son niveau, mais aussi de sa nationalité. Après, je crois que je vais prochainement le signer long terme dans une grosse promotion, et nous pourrons le faire évoluer vers le top 25 mondial des welterweight. Il a la discipline, l’attitude et le potentiel pour.

Facebook : Project 360

Peux-tu nous dire, selon toi, quels combattants vont se démarquer dans les prochaines années ?

J’en ai pas mal en tête. Malheureusement, on se base beaucoup sur l’UFC et il y a quelques athlètes juste ouf qui ne seront pas reconnus à leur juste valeur, car je les vois rester sur le circuit asiatique (au One) comme Timofey Nastyukhin, James Nakashima ou Kai Asakura.
Sinon, pour ceux qui vont (ou pourraient) non seulement arriver à l’UFC, mais s’y démarquer, je pense à Salahdine Parnasse, Mansour Barnaoui et Morgan Charriere pour la France, Mads Burnell qui va y retourner et briller à nouveau, Jack Cartwright, Mateusz Gamrot, Raufeon Stots pour donner d’autres exemples.

Selon toi, qui est le plus grand combattant de MMA de tous les temps ? Pourquoi ?

Stefan Struve. Parce qu’il fait 2m13. Blague à part, GSP. 

Pour faire simple, au-delà d’être innovateur dans sa préparation, il était ultra complet et était l’un des premiers à mettre en place de vrais gameplans travaillés et réfléchis. Il avait donc compris que pour gagner, il devait gérer la direction de ses combats. Il arrivait toujours à imposer son jeu sur n’importe qui, et ce, avec un sport en pleine évolution, et donc face à des profils complètement différents. Encore aujourd’hui, on ne saurait pas définir une stratégie pour battre GSP, si ce n’est en étant plus fort que lui dans tous les aspects du MMA.

Un petit top 5 pound for pound ? Avec un petit mot sur chacun d’eux 🙂

Toujours difficile cette question, mais allons-y, je parle évidemment en P4P de combattants actifs.

5) Max Holloway & Israel Adesanya: allez lire la raison pour laquelle j’ai mon numéro 2 en 2, et c’est la même explication pour eux, mais inversées 🙂

4) Stipe Miocic. Complet, stratège, intelligent. Le HW qui a le plus défendu son titre, qui l’a maintenant récupéré et qui a vengé ses 2 défaites les plus récentes.

Chris Genachte avec Stipe Miocic et Daniel Cormier

3) Henry Cejudo & Amanda Nunes. Au final, P4P, c’est le ranking des meilleurs toutes catégories confondues. Ils sont tous les 2 champ-champ et méritent donc automatiquement une place haute dans ce classement. Aussi simple que cela.

2) Khabib Nurmagomedov. Autant on a toujours cru que les meilleurs étaient les plus complets, autant quelqu’un qui arrive à imposer son jeu contre tout le monde et n’importe qui rentre dans cette définition. S’il sait se prouver face à un autre excellent lutteur ou face à une grosse ceinture noire, on pourra officiellement discuter de sa première place.

1) Jon Jones. Je déteste l’avouer parce que je ne l’apprécie pas spécialement en dehors de la cage, mais il n’y a rien à faire, il est supérieur. Il est complet, dangereux partout, capable de battre un striker en pieds poings et un lutteur en lutte. Difficile de contre-argumenter ici.

As-tu une « idole » dans le monde des sports de combat ou des arts martiaux ? Si oui, qui et pourquoi ?

J’en ai plusieurs. Ce que j’entends par idole, c’est quelqu’un qui m’inspire vraiment. Il y a Bruce Lee pour sa philosophie. GSP pour son attitude dans et en dehors de la cage. Dan Hardy & Joe Rogan car ils ont les vies que je souhaite avoir – vivre du MMA sur plusieurs plans; analystes, présentateurs, commentateurs, podcasting, etc. 

Le point commun entre eux 4 ? Ils sont passionnés, ils sont intelligents et ils sont bosseurs. 

Quels conseils donnerais-tu à un jeune qui aimerait évoluer à très haut niveau ?

ACHÈTE MON LIVRE ! Haha, blague à part, je pourrais justement écrire un livre là-dessus, mais voici les 5 points importants par lesquels je commencerais.

1) Entoure-toi bien.

2) Trouve ton style. Bosse-le. Perfectionne-le. Ne cherche pas à devenir l’image de ton coach ou de ton partenaire d’entraînement.

3) Comprends qu’il n’y a pas de raccourci, pas de magie. Tu veux y arriver, tu vas devoir bosser et faire des sacrifices. “Ce n’est pas l’envie de gagner qu’il faut. Ça, tout le monde l’a. C’est l’envie de faire ce qu’il faut pour gagner qui fait la différence”. (Ce sera un chapitre de mon livre).

4) Écoute ton corps. Ne rentre pas dans les pensées américaines qui poussent au sur-entraînement, vise à t’améliorer chaque jour un peu, intelligemment.

5) Apprends l’Anglais. Apprends à bien communiquer, et comment fonctionnent les réseaux.

Que penses-tu de la prochaine légalisation du MMA en France ?

C’est une excellente nouvelle ! En France, il y a un talent dingue, et c’est un pays avec une très belle couverture promotionnelle qui va donc aisément attirer les grosses promotions.
Je n’ai aucun doute sur l’arrivée des gros acteurs, UFC, Bellator, Cage Warriors dès 2020. Ça va d’une part faire plaisir aux fans locaux, mais ça va surtout donner des opportunités aux athlètes français, leur donner de la visibilité et faire automatiquement monter le sport dans le pays.
Ça va permettre aux salles de mieux se développer et à de nombreuses personnes d’enfin envisager une vraie carrière viable, que ce soit en temps que coach, athlète, promoteur ou manager. C’est juste super ! Il faudra donc bien surfer sur la vague du buzz qui sera générée les premiers mois de sa légalisation ! 

As-tu une autre passion qui te fait autant vibrer que le MMA ?

Autant, non. J’aime la bouffe et les voyages, mais qui n’aime pas ça ? Maintenant, il y a une activité “vague” qui me fait pas mal vibrer, c’est tout ce qui fait appel à la créativité; la photographie, photoshop, faire des vidéos, tout ce qui est marketing. Disons que ça m’botte bien (je ne sais même pas si on dit ça en France… Pour être honnête, on dit à peine ça en Belgique). 

Quels sont tes prochains objectifs ?

À partir de 2020, je vais transiter progressivement vers une vie soutenue par ma passion. C’est-à-dire que je vais passer en temps partiel au boulot pour avoir plus de temps et d’énergie à consacrer au MMA. Ça me poussera à arrêter de me cacher derrière l’excuse de “c’est ma passion, je ne le fais pas pour l’argent” à un mode plus business. Donc, mes prochains objectifs plus concrets sont:

– Donner plus de cours privés et semi-privés.

– Écrire mon 2e livre.

– Lancer des Team Building MMA (j’en ai fait par le passé, mais je n’ai pas assez poussé au niveau marketing & com’),

– Être un manager plus proactif, construire de nouvelles bonnes relations avec des nouvelles promotions.

Un dernier mot Chris Genachte ?

Merci à toi pour l’interview ! Ça fait plaisir de pouvoir répondre à d’aussi chouettes questions. Merci à tous ceux qui ont lu jusqu’ici. Je le dis souvent, le développement de notre sport, ça passe aussi par l’intérêt qu’on lui donne. Pensez donc à partager, liker, commenter, que ce soit sur Twitter, Insta, Facebook ou même LinkedIn tout ce qui est relatif au MMA. Les médias y sont attentifs, les investisseurs aussi. Chaque petit like ou follow fait une différence. 

Conclusion

Chris Genachte ça a vraiment été un plaisir de t’interviewer. Tu es peut-être l’un des plus grands passionnés de MMA que je connaisse. Et pourtant j’en connais beaucoup. Ton livre ” Le MMA ne s’apprend pas dans un livre ” que je conseille à tous, est exactement à ton image. Il s’adresse à tous les profils, combattants, coachs ou passionnés. C’est un livre qui rentre en profondeur sur certains sujets, mais qui reste compréhensible par tout le monde.
Ton deuxième livre finira également dans ma bibliothèque. C’est certain !

Comme je l’ai dit dernièrement à Nicolas Ott, tu es toi aussi Chris Genachte, un super acteur du MMA. Ta passion et ton engagement pour ce magnifique sport sont primordiaux pour le développement du MMA ainsi que pour son image positive. Ton travail paie, et grâce au temps que tu investis en tant que coach, commentateur ou podcasteur, le MMA n’a jamais autant rayonné. Merci Chris Genachte.

Je vais finir par une citation de Stendhal, qui je pense te correspond parfaitement. ” La vocation, c’est d’avoir pour métier sa passion “.

Dis-moi ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.