0

Taekwondo : l’art ultime des jambes

Introduction

Le taekwondo est un art martial coréen signifiant la voie du pied et du poing. Cette discipline martiale est connue comme étant la plus aboutie dans le domaine des coups de pied. Le taekwondo est donc une discipline très spécialisée qui comporte aussi un travail de poing assez semblable au karaté. La qualité des coups de pied de ses pratiquants est facilement reconnaissable à la précision, le contrôle et surtout la fluidité de ceux-ci.

Taekwondo L'art ultime des jambes

Plus fort, plus endurant, plus souple

Recevez gratuitement KNOCKOUT PROGRAM

Circuit intensif de 23 minutes au poids de corps.



Par ailleurs, cette discipline a aussi apporté son utilité dans le milieu des arts martiaux comme dans le MMA.

Nous analyserons plus en détail les origines du taekwondo, ainsi que son style de combat. Car dans la manière de pratiquer des coups de pied, ce sport de percussion introduit une approche intéressante : l’entraînement aux raquettes de frappe.

Partons à la découverte de cet art martial que j’affectionne et que j’ai moi-même pratiqué quelques mois.

Origine et naissance du taekwondo

Histoire

Selon toute vraisemblance, le taekwondo viendrait principalement de deux arts martiaux antiques : le taekkyon et le subak. On y trouverait des points communs et aussi des techniques de jambes prépondérantes.

On peut toutefois remarquer des points communs avec les arts martiaux japonais, et principalement le karaté officialisé par Gichin Funakoshi. En effet, le kimono, bien que différent, ressemble davantage aux kimonos japonais que ceux d’autres pays asiatiques. L’occupation japonaise a par conséquent eu une certaine influence sur les rituels et la codification du taekwondo.

La Corée du Sud profite entre 1950 et 1960, de suivre la voie de Funakoshi en officialisant leurs différents arts martiaux ancestraux. Le taekwondo prend alors forme et se retrouve mis en avant comme l’art martial numéro un en Corée du Sud. Cette discipline devient vite un symbole sportif de ce pays libéré de l’occupation japonaise.

Cet art de combat, très vite popularisé, a aussi un poids politique face à la Corée du Nord. En effet, le conflit opposant les deux Corées a probablement eu un rôle dans la volonté de promouvoir cet art martial. La scission politique avec la Corée du Nord a poussé la Corée du Sud àre encore davantage promouvoir le taekwondo.

Un sport devenu olympique

Cet art martial fraîchement officialisé rêve désormais de se voir représenté aux Jeux Olympiques. La campagne de reconnaissance commence en 1988 où le taekwondo est présenté aux Jeux de Séoul.

Quatre années plus tard, aux Jeux de Barcelone, la discipline est à nouveau présentée, et c’est enfin en 2000,aux Jeux Olympiques de Sydney que l’art martial coréen est introduits pour la première fois. Une victoire et une consécration assurées.

Style et techniques

Équipement

Comme mentionné plus haut, le taekwondo est un art martial qui met en avant le travail des jambes. Le dobok, qui est la tenue de base offre l’amplitude nécessaire pour le travail des coups de pied. Les techniques de pied acrobatiques sont bien évidemment l’une des marques de fabrique de cet art coréen.

Tchagui

Les coups de pied en taekwondo se nomment “tchagui”. Il sont en fait techniquement très semblables à ceux pratiqués par les karatékas. Quelle est alors la différence ? Pourquoi les frappes en taekwondo sont-elles si impressionnantes ? Le travail aux raquettes a beaucoup contribué au développement de la précision et de la vitesse de ses pratiquants.

Poumsés

Le taekwondo comprend des formes d’entraînement structurées comme en Karaté. Ce sont donc des séquences prédéfinies de frappes dans le vide comme dans beaucoup d’arts martiaux ; ces formes se nomment “poumsés”.

Les poumsés sont obligatoires pour gagner en grade en taekwondo et il impératif de les exécuter à pleine intensité. Le spectateur doit ainsi ressentir l’implication et l’intention du pratiquant dans chaque frappe.

Vitesse et précision

L’utilisation des raquettes de frappe permet d’effectuer un pivot complet sur la jambe d’appui. Un mouvement qui incite le pratiquant à poursuivre la rotation de corps. Contrairement à un sac de frappe qui va faire rebondir vos coups et vous faire reprendre le même chemin pour revenir en garde.

Utilisation des raquettes

Raquettes de taekwondo sur la droite / Source / Licence / @Scott Feldstein

Le coup de pied retourné circulaire (spinning back kick) demande à passer au travers la cible, et la raquette offre exactement cette possibilité de travail.

La force que vous possédez dans vos jambes est déjà suffisante chez n’importe qui pour mettre KO votre adversaire ; les deux seuls éléments qui vous manquent sont donc la vitesse et la précision.

La position de garde chez le taekwondoïste est très spécifique. L’utilisation principale des jambes en combat requiert une garde très latérale, un élément significatif de cet art de combat.

Inutile de préciser que les pratiquants de taekwondo ont les coups de pied les plus spectaculaires et les plus acrobatiques de tous les arts martiaux existants ; c’est LA discipline des jambes !

Compétitions

L’équipement est important en taekwondo et se constitue d’un casque, d’un protège-dents, d’un plastron, d’un protège-avant-bras, de gants, d’une coquille, et de protège-tibias.

Les combats en taekwondo se gagnent aux points, par abandon, ou par KO. On porte les coups à pleine puissance, on autorise donc le KO. Ce qui fait du taekwondo un art à plusieurs facettes.

1 point pour une technique de poing utilisée au plastron (interdites au visage).

2 points pour un coup de pied au plastron, 3 pour un coup de pied retourné.

3 points pour un coup de pied au visage, 4 pour un coup de pied retourné.

Ce simple comptage de points vous fait comprendre le degré d’importance des frappes de jambes, ainsi que la répartition des techniques de percussion durant un entraînement.

Pour plus de détails concernant la pratique et les spécificités du taekwondo, je vous conseille de lire cet article qui est très complet sur cette discipline.

Quelques grands noms

Kim Je-Kyoung

Un poids lourd particulièrement rapide qui a remporté les championnats du monde en 1993, 1995, et 1997. Aussi vainqueur des jeux asiatiques en 1994 et 1998, il reste le meilleur poids lourd de l’histoire, malgré son absence aux Jeux Olympiques de 2000. Une blessure le force à renoncer à la compétition.

Je-Kyoung a tout de même remporté les Jeux Olympiques de 1992, alors que le taekwondo n’était qu’un sport de démonstration.

Hadi Saei

Un combattant iranien qui est aussi le taekwondoïste le plus titré de l’histoire. Son palmarès compte 2 titres olympiques (2004, 2008), 2 titres de champion du monde (1999, 2005), 4 titres en coupe du monde, 1 titre de champion d’Asie.

Hadi Saei et sa soeur, malgré les réticences religieuses de son pays, continuent à enseigner et à promouvoir le taekwondo aux femmes iraniennes. Il lutte contre les traditionalistes religieux pour la liberté et la pratique du sport chez les femmes.

Tous ces éléments font de Hadi Saei un pratiquant reconnu et apprécié en Iran.

 

Wu Jingyu

Une taekwondoïste chinoise qui possède également un palmarès impressionnant.

Elle a remporté 2 titres olympiques (2008, 2012), 2 titres de champion du monde, 1 titre de champion d’Asie, et 2 titres des jeux asiatiques.

Une combattante reconnue pour sa technique et sa vitesse. Wu Jingyu est bien vite devenue la référence dans le monde du taekwondo féminin.

 

 

 

Le taekwondo en MMA

La pratique du taekwondo est aussi devenue intéressante dans le monde du MMA. Des combattants comme Anderson Silva, Edson Barboza, et Anthony Pettis ont grandement contribué à l’expansion du taekwondo dans le monde. Particulièrement Barboza et Pettis, qui sont respectivement 1er et 3e dan en taekwondo.

La grande surface disponible en MMA permet l’utilisation de coups de pieds plus amples ; ce qui facilite l’utilisation du taekwondo.

Nous pouvons très clairement voir la différence en terme de vitesse de frappe entre des combattants comme Pettis ou Barboza et le reste des strikers de la division. Que ce soit Pettis ou Barboza, les deux ont de nombreux KO à leur actif, pratiquement tous orchestrés grâce à des coups de pied.

Conclusion

Pour conclure cet article sur le taekwondo, je dirais que c’est une discipline très intense qui mélange la l’éthique des arts martiaux, et la réalité des sports de combat. Le taekwondo met à disposition des compétitions techniques et des combats au KO ainsi qu’une possibilité de grader.

Le taekwondo est ainsi très complet pour les différentes orientations que peut prendre la carrière d’un taekwondoïste. Et retenons que c’est l’art le plus spécialisé et le plus efficace dans l’utilisation des jambes.

Pour en avoir pratiqué quelques mois, le taekwondo est une discipline aussi très endurante qui demande une excellente détente, souplesse, et équilibre.

Un grand respect et les meilleures salutations sportives à tous les pratiquants de cette discipline, et j’invite tous les novices à essayer au moins une fois cet art de combat plus qu’intéressant.

Bon entraînement !

Dis-moi ce que tu en penses !

Articles relatifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.