6

Jon Jones – un prodige en MMA ou un tricheur ?

Introduction

Dans le monde du MMA, tout le monde connaît Jon Jones, l’ancien champion des mi-lourds. Un combattant hors normes qui n’a connu la défaite qu’une seule fois par disqualification. On peut donc dire que personne n’a encore trouvé la clé pour le vaincre, hormis lui-même.

Qui est vraiment Jon Jones ? Est-il un pur tricheur comme le laisseraient croire ses récents problèmes de dopage ? Ou encore un prodige dans son sport ? C’est ce que nous verrons dans cet article qui retrace ce combattant hors du commun. Je profiterai par la même occasion de disséquer son style de combat que je trouve phénoménal.

Plus fort, plus endurant, plus souple

Recevez gratuitement KNOCKOUT PROGRAM

Circuit intensif de 23 minutes au poids de corps.

Qui est Jon Jones ?

Jonathan Dwight Jones est un combattant américain de MMA. Il a été le champion de la catégorie mi-lourd entre 2011 et 2015. En 2017, il revient donc reprendre la ceinture des mains de Daniel Cormier avant de devoir laisser à nouveau son titre (pour cause de dopage).

Jon Jones possède un palmarès impressionnant. Il a défendu son titre avec succès à 8 reprises, il cumule aussi 16 victoires dans la division des poids mi-lourds, dont 13 d’affilée. Il détient le record du nombre de victoires consécutives de la division. Jones est aussi le champion le plus jeune de l’histoire de l’UFC (23 ans).

Ce n’est pas rien que ça, si vous suivez le monde du MMA et de l’UFC, vous remarquerez que Jones n’a pas seulement été champion de la catégorie. Il a littéralement nettoyé les mi-lourds ! En battant notamment Rashad Evans, Lyoto Machida, Vitor Belfort, Alexander Gustaffson, Glover Texeira, Chael Sonnen, Quinton Rampage, Ryan Bader, Shogun Rua et Daniel Cormier.

Vous l’avez compris, Jones c’est vraiment du lourd. Cependant, ses écarts de conduite et ses ennuis avec la justice sont aussi bêtes que son parcours est impressionnant.

Parcours du champion

Jon Jones vient de la lutte gréco-romaine, discipline dans laquelle il devient champion de l’état de New-York. Il parvient par la suite à devenir champion universitaire au niveau national. Jon a donc, dès qu’il commence le MMA une très bonne base de lutte. C’est ainsi qu’en 2008, il arrête ses études de justice criminelle pour se lancer à 100% dans sa carrière de combattant.

Les victoires s’enchaînent rapidement pour “Bones” qui ne connaît pas vraiment de difficultés dans son début de carrière.

Il rejoint ainsi l’UFC en 2008 et remporte aisément ses premiers combats en démontrant un arsenal de combat très complet et très efficace.

Jon Jones rencontre finalement Shogun Rua pour le titre le 19 mars  2011. Bones a alors 23 ans et il combat pour devenir champion de la catégorie de poids mi-lourd. L’affrontement est une nette domination de l’Américain qui domine complètement Shogun Rua sur le striking, la lutte et au sol.

Le combat contre Shogun Rua a démontré l’incroyable polyvalence que possède Jones. Il utilise les coudes, les genoux, les poings, les pieds à tous les niveaux, les amenées au sol, ainsi qu’un contrôle efficace au sol.

Domination totale sur les mi-lourds

Cette nette domination va se poursuivre contre ses opposants suivants. Jones bat ensuite Quinton Jackson par étranglement arrière, puis sonne Lyoto Machida avant de le finir avec une guillotine. Enfin, le tant attendu combat contre Rashad Evans a enfin lieu, mais encore une fois tourne à l’avantage de Bones qui sonne plusieurs fois Evans avec des coudes judicieusement placés.

Il rencontre sa première frayeur face à Vitor Belfort en sortant in extremis d’une clé de bras (juji gatame), mais il continue d’asseoir sa domination en terminant Belfort avec une clé d’épaule (americana). Vient Chael Sonnen, un excellent lutteur, mais Jon Jones n’a aucun mal à neutraliser sa lutte, l’amener au sol, et le terminer en ground and pound. La victoire lui revient encore une fois, et cette fois par KO technique.

Le combat de l’enfer face à Alexander Gustaffson

Vient ensuite ce qu’il considère être le combat le plus dur de sa carrière : Alexander Gustaffson. Il faut savoir que Jones a toujours utilisé sa taille à bon escient lors de ses combats. Cependant, le Suédois possède une morphologie semblable à celle de Jones : une longue taille avec de longs segments. D’autant plus que Gustaffson possède une excellente lutte et une boxe très incisive. C’est d’ailleurs lui qui amène Jones au sol pour la première fois de sa carrière.

Jon Jones vs Alexander Gustaffson

Source : https://ftw.usatoday.com et Gustaffson Facebook

Le combat s’annonce difficile. Jones vient à bout de Gustaffson par décision unanime au terme d’un combat mémorable. Et encore une fois, la polyvalence et l’intelligence de combat de l’Américain ont fait la différence face au Suédois, qui de mon avis personnel, méritait presque la victoire.

Après ce difficile passage, Jon Jones affronte le Brésilien Glover Texeira, qui possède une excellente boxe avec une très bonne puissance de frappe derrière. Mais le résultat reste le même, nette domination de Bones.

Rivalité avec Daniel Cormier

Le 3 janvier 2015, il affronte celui qui va devenir son plus grand rival : Daniel Cormier. Ce dernier est un ancien lutteur olympique, et est surtout sur une série de victoires écrasantes. La plupart chez les poids lourds. Cormier est alors invaincu en MMA, et il possède une boxe assez efficace qui lui a permis de placer 6 KO.

Surtout Daniel Cormier est un lutteur olympique, ce qui laisse à penser que Jones ne pourra pas l’emmener au sol et sera cantonné à combattre debout.

Le combat tourne rapidement en la faveur de Jones qui profite encore une fois de sa grande allonge. Il prend l’avantage sur Cormier en gérant intelligemment la distance et surtout en amenant l’ancien lutteur olympique au sol pour la première fois de carrière. Jones comptabilisera encore deux autres amenées au sol et presque deux fois plus de frappes significatives.

Jon Jones affronte à nouveau Daniel Cormier le 29 juillet 2017 en Californie. Cette fois, l’affrontement est plus serré que lors de leur premier combat. Cependant, Bones sonne Cormier dans le round 3 avec un high kick. L’ancien lutteur ne tient plus sur ses jambes et s’effondre après quelques secondes de fuite. Jones termine le combat par KO technique et regagne à nouveau son titre…

Style de combat

La première chose qu’il faut mettre en avant sur Jon Jones “Bones”, est sa taille, mais surtout son allonge (un record : 2m15). Jones a donc toujours l’avantage de l’allonge dans ses combats et il sait parfaitement bien l’utiliser.

Il cherche, sur le striking, à maintenir une grande distance de combat (distance de jambe). C’est grâce à cette distance qu’il domine ses affrontements la majeure partie du temps. Mais pas seulement, il gère parfaitement la distance rapprochée, car il excelle dans l’utilisation de ses coudes. Il est peut-être meilleur avec ses coudes que ses poings. D’autant plus que son clinch est très solide et quand il veut amener son adversaire au sol, il le fait. Nous avons vu qu’en MMA, il a le niveau d’un ancien lutteur olympique, c’est vous dire s’il est à l’aise sur la lutte.

Jones utilise parfaitement bien les genoux, que ce soit au clinch, comme les frappes à distance. Et au sol, encore une fois, il est très efficace. Il sait utiliser son ground and pound (frappes au sol) pour trouver l’ouverture et soumettre. Il affaiblit son adversaire avec quelques frappes, et bien souvent le soumet avec une clé de bras ou un étranglement. Ce qui démontre bien sa grande habileté en MMA.

À mon avis, Jon Jones est le combattant le plus polyvalent de l’histoire du MMA. Il est véritablement celui qui possède l’arsenal de combat le plus varié, créatif et surprenant.

Dopage, délits de fuite et controverse

Cocaïne

Le premier gros incident concernant Jon Jones survient le 6 janvier 2015, seulement 3 jours après son premier combat contre Daniel Cormier. Bones est testé positif à la benzoylecgonine, autrement dit, cocaïne. L’Américain aurait été testé durant le mois de décembre, ce qui laisse à penser qu’il pouvait avoir de la cocaïne dans le sang lors de son premier combat contre Daniel Cormier.

Délit de fuite

L’UFC soutient Jones qui annonce vouloir se désintoxiquer. Mais seulement, le 26 avril 2015 Jon est recherché par la police d’Albuquerque pour délit de fuite. Il aurait été impliqué dans un accident de la route et aurait pris la fuite en laissant une femme enceinte sur les lieux de l’accident, ainsi que de la marijuana dans son véhicule. Une attitude déplorable pour le prodige de MMA qui voit son combat contre Anthony Johnson annulé, et son titre retiré. C’est Daniel Cormier qui va lui ravir le titre en soumettant Johnson.

 

Dopage

Le retour tant attendu de Bones se fait attendre, et il est programmé pour le 9 juillet 2016 à l’occasion de l’UFC 200. Il doit affronter son grand rival, actuel détenteur du titre : Daniel Cormier. Car Jon venait de conquérir le titre intérimaire face à Ovince St-Preux. Mais c’est encore une fois un échec ! Seulement 3 jours avant son combat contre Cormier à l’UFC 200, il est testé positif à deux substances interdites : le clomiphène et le létrozole (stéroïdes). Le combat entre les deux hommes est donc annulé, encore une fois.

Après avoir purgé ses douze mois de suspension, Jon Jones revient encore une fois pour affronter Daniel Cormier le 29 juillet 2017 lors de l’UFC 214 ! Jon livre une performance incroyable en passant le KO à Cormier au 3ème round. Il récupère ainsi, après deux ans de débauche son titre de champion de l’UFC. Encore plus incroyable, il est testé encore une fois positif aux stéroïdes

Cette fois, c’est l’échantillon prélevé après la pesée officielle qui lui aurait été fatal. Il aurait donc pris des stéroïdes la veille de son combat ; les raisons en sont ainsi plus que surprenantes.

Jon Jones se voit encore une fois retiré de son titre, qui revient à son éternel rival Daniel Cormier.

Talent ou imposture ?

Qu’est-ce qui est le plus incroyable ? Le talent de Jon Jones ? Ou ses incessants délits et dopages ?

C’est une question que personne ne pourra réellement répondre. À part si Bones revient dominer la catégorie en étant clean à chaque combat.

Jones possède un talent exceptionnel pour ce sport, et ça c’est indéniable. À mon avis, ses prises de produits illicites viennent plus d’un excès de confiance et de bêtise que d’un besoin pour ses combats.

Peut-être que la prise de stéroïdes l’a aidé à être plus solide, spécialement dans les phases de lutte et de clinch. Mais son incroyable polyvalence, son sens de la distance, son coup d’oeil, sa gestion du combat, et son intelligence de combat n’ont rien à voir avec les drogues. On peut dire que toutes ses victoires, il les tient essentiellement grâce ces qualités bien précises qui n’ont aucuns liens directs avec l’effet procuré par la cocaïne et les stéroïdes.

Cela n’excuse bien sûr rien de ses délits, et ses suspensions sont tout à fait légitimes. Je pense simplement que la qualité de ses prestations sont basés sur des aspects différents que ceux optimisés par la prise de ces produits.

Son talent en MMA a largement été bafouillé par ses excès de conduite. J’ai cependant toujours estimé que ses performances n’auraient pas été bien différentes sans prise de drogue. Mais cela, nous le saurons seulement s’il revient combattre dans les règles de l’art.

Conclusion

Pour terminer, je dirai que Jon Jones est un combattant fascinant qui alimente les conversations. Et qu’il a encore beaucoup à prouver sur sa personne.

Pour ce qui est du MMA, il a sans aucun doute fait avancer le sport en démontrant l’importance d’être complet sur tous les secteurs de combat. C’est l’un des aspects qui est le plus important en MMA, la polyvalence est l’une des clés essentielles de ce sport. Jones l’a prouvé et mis en avant à de nombreuses reprises.

Ses destitutions sont légitimes et ont permis à Cormier, qui est beaucoup plus honnête et professionnel, de faire ses preuves en tant que champion.

À l’heure actuelle, la seule personne qui ait finalement réussi à le mettre hors d’état de combattre, est lui-même.

Dis-moi ce que tu en penses !

Articles relatifs

6 commentaires

  1. Un article concis et passionné.
    À l’opposé de la polyvalence de Jones j’aime beaucoup Demïan Maïa qui est aussi un phénomène à sa manière pour avoir réussi à se placer dans le top 8 de sa catégorie avec son seul Jiu-jitsu et un peu de lutte.

    • Merci Peter pour le commentaire, effectivement Maïa a aussi un style très intéressant car il démontre qu’en étant très spécialisé, on peut aussi concurrencer des combattants plus complets, et surtout les meilleurs de la caté.

  2. Bon article ! je pense qu’il y a une part de talent indéniable chez ce fighter ! Un coup d’oeil et timing exceptionnel qui restera toujours discutable malheureusement à cause de ses déboires . Dire qu’il aurait pu etre le plus grand goat de tous les temps

    • Merci Tonio, je pense aussi qu’il aurait probablement dépassé les records de Demetrious Johnson et Anderson Silva.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.