0

Israel Adesanya : La Pépite des Middleweights

Qui est Israel Adesanya ?

Israel Adesanya que l’on surnomme The Last Stylebender, est né en 1989 au Nigéria. Après avoir fait un début de carrière en boxe anglaise et kick-boxing, il se lance dans le MMA en 2012. Cinq ans plus tard, c’est le début de son aventure à l’UFC. Son formidable style en striking lui permet d’être invaincu depuis 15 combats.

Israel Adesanya : La pépite des middleweights

Plus fort, plus endurant, plus souple

Recevez gratuitement KNOCKOUT PROGRAM

Circuit intensif de 23 minutes au poids de corps.

Son enfance

Adesanya est l’aîné de cinq frères et sœurs et grandit dans une famille aisée. Son père est un homme d’affaires et sa mère est infirmière. Il commence les arts martiaux par le taekwondo. Alors qu’Israel est encore un enfant, il déménage avec sa famille en Nouvelle-Zélande, notamment pour avoir accès à une meilleure éducation. Cependant il n’oubliera jamais son enfance en Afrique ; son tatouage sur le torse l’atteste.

Plus tard, inspiré par le film Ong Bak et l’acteur Tony Jaa, il commence à pratiquer du muay thaï. Il se concentre et s’investit complètement dans les sports de combat au détriment de ses études.

Il faut savoir que le natif du Nigéria a une autre grande passion, la danse. Comme il le dit, “la danse lui permet de s’exprimer et de se connecter avec ses racines”.

Première carrière en boxe anglaise et kick-Boxing

Israel Adesanya commence sa carrière professionnelle de kick-boxing en 2010. Il combat dans les plus prestigieuses compétitions, Glory, King in the ring…
Il démontre son talent en étant invaincu pendant 32 combats au début de sa carrière. Sa seule bête noire a été le brésilien Alex Pereira contre qui il s’est incliné à deux reprises et par KO. Même si ce dernier est classé numéro 1 mondial des poids moyens, nul doute que cet adversaire a marqué notre champion. Surtout qu’il est le seul à avoir réussi l’exploit de le mettre KO.
Adesanya finit sa carrière début 2017, sur un total de 74 victoires pour seulement 4 défaites. Colossal !

Son parcours en boxe anglaise a été bref ( une année ) mais il a su s’imposer sur cinq de ses six combats. C’est tout de même une excellente expérience qui l’a forcément fait progresser pour cette phase du combat.

Direction l’UFC en 2017

Il faut savoir qu’Israel Adesanya a déjà fait un combat de MMA en amateur en 2009 contre l’avis de son coach. En effet, pour le striking, on peut imaginer qu’Israel n’avait pas de craintes particulières, en revanche pour le sol, il s’est entraîné seulement trois semaines en apprenant les techniques grâce à Youtube. L’issue du combat a été inévitable, Adesanya s’est incliné par décision.

La confirmation à l’UFC

C’est en février 2017 que l’UFC ouvre ses portes au jeune prodige néozélandais d’origine nigériane.
Son premier combat se déroule face à Rob Wilkinson. Adesanya est largement favori, mais prend tout de même son temps pour imposer son style. Lors du premier round, Wilkinson utilise sa lutte pour neutraliser le domaine de prédilection d’Israel. Mais ce dernier s’en sort sans trop de difficultés apparentes. Avant la fin du deuxième round, Adesanya termine le jeune Wilkinson par TKO.
Son deuxième combat se fait contre l’Italien, Marvin Vettori. Après trois rounds d’un superbe combat où l’Italien a utilisé sa lutte ainsi que de superbes combinaisons en striking, Adesanya gagne par décision partagée.

En juillet de la même année ( Israel enchaîne trois combats en six mois ), il obtient un combat contre le Top 8 des middles, l’Hawaïen Brad Tavares. L’enjeu de ce combat est très important. En effet, la catégorie des middleweights est relevée, mais en plein tourment entre les blessures de Whittaker et Rockhold, l’âge de certains tops de la catégorie et les problèmes de weight cutting pour d’autres ( Souza et Romero ). Adesanya sait que ce combat est décisif pour la suite de sa carrière et peut signifier un combat pour le titre rapidement.
Tavares est donc le premier véritable challenge pour le prodige nigérian. Lors de ce combat, Israel fait une vraie démonstration de son talent en striking. Tout paraît facile pour lui. Il va même tenter un superbe Imanari Roll, lui qui n’est pas du tout spécialiste en jiu-jitsu. Je vous laisse admirer cette technique un peu plus bas. Adesanya s’impose donc par décision et signe la performance de la nuit.
À ce moment-là, il est sur une série de 14 victoires, dont 12 par KO.

Combat contre Derek Brunson

Le 3 novembre 2018, Israel Adesanya affronte le top 6 des middles, Derek Brunson, au Madison Square Garden. Malheureusement pour ce dernier, le combat va être expéditif, il ne durera pas plus d’un round. Pourtant, Brunson va tenter plusieurs takedowns sans en réussir un seul. Le takedown defense d’Adesanya est fortement mis à l’épreuve, mais sa facilité à les contrer est déconcertante.
Tout va alors s’enchaîner très rapidement. Coups de genoux, enchaînement en anglaise et high kick vont faire tomber Brunson. Je vous laisse admirer ce finish dans la vidéo en dessous.
L’arbitre arrête donc le combat et Adesanya enregistre une nouvelle victoire à l’UFC. Il rentre dans le top 5 des middleweights et affiche un bilan de 15 victoires sans défaites, dont 4 à l’UFC.

Lors de l’UFC 234, Adesanya affronte la légende Anderson Silva. Le combat tient ses promesses et à 43 ans l’ancienne star assure complètement le show. Néanmoins, Israel Adesanya remporte ce superbe combat par décision unanime et le combat pour le titre se rapproche à grands pas.

Son style

Israel Adesanya possède un striking vraiment très solide notamment grâce à son expérience en kick-boxing et muay-thaï. Il utilise sa grande taille et son allonge pour gérer parfaitement bien la distance avec ses adversaires. Cela lui permet d’éviter beaucoup de takedowns en plus d’éviter des coups.
Sa garde basse et sa variété de coups font penser à Jon Jones, surtout pour le côté imprévisible.

Lors de ses combats contre Tavares ou Brunson, on a vu que son takedown defense est très bon ( je vous rappelle qu’il a réussi à contrer toutes les tentatives d’amenées au sol de Brunson ). Cependant, je pense qu’il a encore ses preuves à faire face aux gros lutteurs de la catégorie.

Au niveau des faiblesses, j’ai du mal à en trouver, excepté peut-être sa garde qui est très basse. Mais, c’est sa façon de combattre, donc est-ce une faiblesse ?
Autre constatation, on peut s’apercevoir qu’Adesanya paraît moins massif que ses adversaires lors de ses combats. Il a davantage le physique d’un welter. Quel régal de voir sa vitesse, sa fluidité et son footwork. Est-ce un problème de weight cutting ou se sent-il plus à l’aise comme ça ? Le problème risque de se poser dans les phases de lutte, ces quelques kilos manquants pourront lui porter préjudice notamment contre des lutteurs tels que Romero ou Weidman. Mais peut-on le blâmer de ne pas être adepte du cutting ? Ou au contraire, devrait-on le féliciter de respecter les limites de poids de sa catégorie ?
Dernière remarque, The Last Stylebender manque encore d’agressivité sur l’octogone, mais cela est en train de changer petit à petit.

On résume.
Ses points forts : Striking excellent, imprévisible et techniques très variées. Bonne gestion de la distance. Très bon takedown defense.
Ses points faibles : Sa lutte à confirmer, son weight cutting (?), ( son manque d’agressivité ).

Conclusion

Il ne fait aucun doute qu’Israel Adesanya fait partie du futur de la catégorie tout comme Paulo Costa. Ce striker qui a des airs de Jon Jones a toutes les qualités pour s’imposer durablement chez les middles. Un combat contre l’autre super striker Costa est sans doute à prévoir, une victoire donnera un ticket pour s’approcher à grands pas d’un combat pour le titre. Mais, il ne faudrait pas oublier un autre formidable striker qui a annoncé récemment vouloir monter chez les middles. Darren Till ! Cette catégorie promet d’être explosive les prochaines années.

Dis-moi ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.