0

Quel est l’art martial le plus efficace ?

Introduction

Je suis sûr que beaucoup d’entre vous se sont déjà demandé quel est l’art martial le plus efficace ? C’est une question légitime et un sujet que je trouve personnellement intéressant.

Quel est l'art martial le plus efficace ?

KNOCKOUT PROGRAM

Voulez-vous un Ebook et un programme d’entraînement accompagné d’une vidéo ? GRATUITEMENT bien sûr 🙂

Si vous désirez un programme de 23 minutes combinant musculation, cardio et souplesse, c’est ici :

Je vais tout d’abord répondre à une question qui paraît simple, mais qui ne l’est pas du tout. Qu’entend-on exactement par art martial le plus efficace ? Car en réalité, l’efficacité dépend de la finalité de la discipline et du besoin ou envie du pratiquant.

De mon point de vue, ce n’est pas forcément l’art qui est efficace, mais plutôt ce que le pratiquant en fait. On peut sans aucun doute dire que certaines disciplines sont plus efficaces que d’autres pour du combat un contre un. Mais la finalité dépend principalement du pratiquant et non de la discipline.

L’art martial le plus efficace, un mythe ?

De mon point de vue, l’art martial le plus efficace est plus un mythe qu’une réalité. C’est à mon avis l’approche que l’on a de notre art martial qui va le rendre efficace ou pas.

Depuis toujours, chaque discipline martiale cherche à développer des valeurs, un état d’esprit et des techniques de combat. Et pour juger l’efficacité d’un art de combat, il est essentiel de comprendre pourquoi il a été fondé, dans quel but, et quelle est la finalité d’un pratiquant avancé ?

L’efficacité d’un art martial peut être aussi jugée par rapport au nombre d’années de pratique qu’il faut pour atteindre un certain niveau !

En résumé, l’art martial le plus efficace est celui qui vous correspond et qui répond à vos attentes.

Imaginons toutes les possibilités

Je vous donne l’exemple d’une comptable de 55 ans qui souhaite se mettre à une pratique martiale pour avoir quelques notions de combat et se maintenir en forme. On peut considérer le MMA comme étant une discipline plus efficace que le taï-chi en terme d’affrontement un contre un.

Pourtant, pour cette femme de 55 ans, la pratique d’un sport de combat très exigeant physiquement pourrait avoir un impact négatif sur son mental et sur sa capacité d’entraînement. Imaginons qu’elle ne puisse pas supporter plus d’un entraînement de MMA par semaine en s’entraînant très sobrement, et qu’elle arrête au bout de 3 mois.

Maintenant, imaginons que pour du taï-chi, qui possède une approche plus souple, elle puisse pratiquer 5 entraînements par semaine et qu’elle arrête au bout de 5 ans. En terme de gains mentaux, et capacités physiques liés au combat, le taï-chi sera peut-être pour elle l’art martial le plus efficace.

Ce que je veux dire, c’est que de manière réaliste, c’est très compliqué de dire qu’un art martial est plus efficace qu’un autre. Il y a tellement de facteurs humains à prendre en compte que la discipline la plus adaptée peut varier d’une personne à une autre.

L’efficacité dépend de ce que l’on recherche

Oui, l’efficacité dépend de ce qu’on le recherche. Mais elle dépend aussi de nos capacités, car nous ne sommes pas tous construits de la même manière. Et surtout l’efficacité va dépendre de notre âge et de nos années de pratique.

Comme je l’expliquais avant avec notre comptable de 55 ans, son but n’est peut-être pas de devenir une combattante, mais d’avoir des notions pour régler un conflit (physique). Dans ce cas, le MMA lui apporterait certainement ce qu’elle attend, mais le taï-chi ou l’aïkido aussi (toutes proportionnalités gardées). D’autant plus qu’elle pourrait se consacrer à cette pratique avec plus d’assiduité, donc plus d’efficacité.

Arts martiaux

Prenons l’exemple d’un jeune homme de 20 ans qui souhaite commencer un art martial pour apprendre à se battre, uniquement. Là nous allons l’orienter sur un sport de combat, et non pas vers une discipline comme l’aïkido qui met l’accent sur d’autres valeurs dont peut-être lui n’en tient pas compte. Même si le MMA comporte de très grandes valeurs de respect, contrairement à ce que l’on peut croire ou voir sur les réseaux sociaux.

Cerner les arts martiaux centrés sur de l’efficacité en combat

Pour la suite de cet article, nous allons cibler les arts martiaux efficaces dans un cadre d’affrontement pour des hommes et femmes entre 16 et 45 ans environ, et sans armes.

Nous devons maintenant séparer des arts martiaux qui ont une grande part de travail sur le côté énergie, mental, et gestion des émotions, et les autres qui ont une finalité davantage ciblée sur le combat physique.

Voici une liste personnelle et subjective d’arts martiaux portés sur l’efficacité en combat (self-défense, et sports de combat inclus) :

  • Karaté
  • Judo
  • Jujitsu
  • Jiu-jitsu brésilien
  • Toutes les formes de boxe
  • Taekwondo
  • MMA
  • Krav-Maga
  • Penchak Silat
  • Kajukenbo (bon d’accord je le mets parce que j’en ai pratiqué)
  • Tous les systèmes associés à l’autodéfense
  • Lutte libre

Il y a bien sûr énormément d’autres disciplines mettant en priorité le combat. Mais je ne vais pas toutes les citer, car je devrais remplir ma page de noms. Pour cela, vous avez ici une liste de tous les arts martiaux connus.

Je vous invite aussi à lire cet article pour comprendre la différence entre les arts martiaux internes et externes !

Quelles disciplines sont les plus efficaces…

Je vous présente ci-dessous 3 cas de configuration possibles pour la pratique d’un art martial. J’ai dégrossi les 3 objectifs de base qu’un art martial (basé sur une pratique à mains nues) puisse remplir.

Pour une configuration sportive un contre un

Nous ne sommes pas dans une configuration de rue. Mais dans une pure situation d’affrontement un contre un dans un espace clos. Avec des règles, ou très peu. En fait l’UFC a déjà répondu à cette question au début des années 1990 lors de la création du premier Ultimate Fighting Championship.

En considérant le peu de règles qu’il y avait à la base de ces tournois, on peut considérer que nous avons la réponse à l’art martial le plus efficace dans une cage, un espace restreint et l’autorisation de passer de la lutte à la boxe, et d’aller au sol. Il s’agit du MMA, appelé plus communément “Arts martiaux mixtes”.

MMA

Le MMA est l’art martial qui est né suite aux combats délivrés par l’Ultimate Fighting Championship. Il s’agit en fait d’un art martial composé principalement d’autres disciplines de combat. Le MMA comporte bien sûr ses spécificités, comme le ground and pound (frappes au sol). Mais l’essentiel de son arsenal existe dans d’autres arts martiaux. C’est par ailleurs pour cette raison que l’on nomme cette discipline “arts martiaux mixtes”.

Pour un cas de défense de rue

Pour de la défense de rue, ce que je conseille et c’est mon point de vue. C’est de mixer un sport de combat et une discipline de self-défense.  Cela afin d’acquérir une connaissance de base en combat, et pour comprendre les mécanismes d’autodéfense.

Background de combattant

Pourquoi est-ce que je préconise la pratique d’un sport de combat pour pouvoir se défendre dans la rue ? Parce que si nous n’arrivons pas à neutraliser notre agresseur très rapidement, et que nous avons réussi à préserver notre intégrité physique, nous nous retrouvons simplement dans un schéma de combat, de bagarre. Par conséquent, un moyen très efficace pour répondre à cela est d’avoir un background en sport de combat.

Dans un schéma de rue, nous allons utiliser en priorité nos poings. Les jambes sont bien sûr utiles pour des frappes dans les parties génitales, ou dans les jambes. Mais ce qui est préconisé en self-défense, et je suis entièrement d’accord avec, est de frapper avec vos mains/coudes/poings/mains ouvertes la centrale électrique (tête). Et pour acquérir la meilleure maîtrise de vos poings, l’idéal est la boxe anglaise. Vous apprendrez de manière très efficace et rapide, à vous servir de vos poings. Vous pouvez aussi pratiquer le muay thaï, le kickboxing et le MMA qui sont d’excellentes alternatives (moins spécialisées, mais plus complètes).

Avoir une connaissance en jiu-jitsu brésilien ou en MMA est un atout supplémentaire. Car cela vous permettrait de ne pas vous trouver démuni si vous êtes amenés à combattre au sol.

Pratiquez un sport de self-défense

C’est obligatoire, vous devez répéter des réflexes qui vous sauveront peut-être un jour la vie. Vous apprendrez à réagir de manière correcte contre plusieurs agresseurs, à connaître la proportionnalité de défense, les parties du corps à viser en premier, etc.

Pour cela, je trouve le krav-maga très adapté pour se préparer à la rue. Dans même beaucoup de clubs de krav, les pratiquants mettent les gants de boxe et pratiquent régulièrement du sparring. Ce qui permettrait de “combler le background de combattant” si l’on ne souhaite pas s’entraîner dans un club de boxe.

Krav-Maga

Vous pouvez bien sûr aussi pratiquer un art comme le penchak silat, le kajukenbo, ou encore le jeet kun do. Tous vous apporteront la connaissance nécessaire pour vous préparer à la rue, que ce soit debout ou les rudiments du sol.

Pour un emploi dans la sécurité ou les forces de l’ordre

Afin de situer quel est l’art martial le plus efficace dans ce contexte, nous devons d’abord nous sensibiliser sur ce que nous avons le droit de faire. Si un agresseur vient vers vous et commence à vous rouer de coups, vous avez bien sûr le droit de répondre proportionnellement. Cependant, une personne des forces de l’ordre doit pouvoir maîtriser un individu sans le frapper. Et ça, c’est à mon avis la notion la plus importante.

D’ailleurs, dans les forces de l’ordre, il est possible et fréquent qu’ils doivent se mettre à plusieurs pour maîtriser un individu récalcitrant. Pourquoi ? Parce que le but n’est pas de le mettre KO, mais de le maîtriser. Et cela change totalement la donne.

Dans ce cas de configuration, pour moi, l’art martial le plus efficace ne sera pas la boxe. Même si elle peut apporter confiance et gestion des bagarres. Mais plutôt des sports de préhension comme le jujitsu, la lutte, ou le judo.

Background de combattant

Je préconise à nouveau le background de combattant pour pouvoir gérer un individu récalcitrant. Si vous vous retrouvez à devoir lutter contre une personne qui cherche à se libérer, une bonne expérience de combattant vous sera très utile.

Pour moi, le jiu-jitsu brésilien vous apportera ce fond nécessaire à la gestion d’une situation débordante. Vous aurez l’habitude de maîtriser quelqu’un, de le coller et de l’immobiliser le temps nécessaire. Le judo et la lutte libre sont aussi d’excellentes alternatives.

Self-défense de préhension

Dans cette discipline, vous aurez toutes les techniques et immobilisations pour les forces de l’ordre. Vous aurez aussi, selon la politique du club droit à de nombreux randori dans plusieurs secteurs de combat comme le sol, la lutte, et le pied-poing. Je parle de l’art martial que je pratique et apprécie : le jujitsu traditionnel ou japonais. Si vous trouvez un club qui met suffisamment l’accent sur du randori et sparring, vous aurez un bagage complet en terme de quantité de combat et de techniques liées à la maîtrise d’un opposant par clé articulaire ou immobilisation.

Jujitsu traditionnel

Je peux affirmer, de manière objective, que si votre club de jujitsu traditionnel remplit toutes les conditions, vous avez tous les atouts pour un emploi dans les forces de l’ordre.

Conclusion

Pour conclure, l’art martial le plus efficace n’existe pas. Certains sont plus efficaces que d’autres pour des personnes précises et pour des cas de configuration précis.

Par conséquent, un policier, un combattant de MMA professionnel, ou une comptable de 55 ans n’aura pas les mêmes prédispositions et les mêmes objectifs dans sa pratique. Et l’efficacité d’un art martial est liée au besoin du pratiquant. En conclusion, il peut varier d’une personne à l’autre.

Personnellement, je pratique le jujitsu traditionnel et le MMA pour être le plus polyvalent possible. J’aime aussi toucher de temps en temps à l’auto-défense, et d’en répéter les principes. Ces deux arts sont pour moi un juste équilibre de ce que je juge efficace pour mes objectifs de vie, sportifs, et mes qualités physiques.

Je ne suis pas avancé ou expert dans une discipline spécialisée (même si j’apprécie plus le domaine du sol). Par contre j’ai de la facilité à manipuler et à faire la transition entre ces secteurs de combat. Ce qui me plaît est la connexion entre tous les domaines d’arts martiaux plus qu’une discipline fixe. Mais cela ne concerne que moi. Une autre personne aura peut-être des prédispositions exceptionnelles pour la boxe, le judo, ou le karaté.

Comme disait FunakoshiL’efficacité ne s’apprécie guère par l’art martial en lui-même, mais par la qualité même du pratiquant. Tous les arts ont une finalité d’efficacité, c’est le pratiquant qui est, à la base, inefficace.

Ce qui importe, ce n’est pas l’art, mais le pratiquant !

Bon entraînement.

Dis-moi ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.