0

La boxe MMA : la comprendre et la pratiquer

Introduction

La boxe anglaise et la boxe MMA sont bien différentes sur de nombreux aspects. Bien entendu, en MMA, nous utilisons les coudes, les genoux et les pieds, mais pour cet article nous concentrerons sur le travail des poings.

Comprendre et appliquer la boxe MMA

KNOCKOUT PROGRAM

Voulez-vous un Ebook et un programme d’entraînement accompagné d’une vidéo ? GRATUITEMENT bien sûr 🙂

Si vous désirez un programme de 23 minutes combinant musculation, cardio et souplesse, c’est ici :

Tout d’abord, qu’entendons-nous par boxe MMA ? Nous utiliserons le terme de boxe MMA pour qualifier tout le travail de boxe anglaise adaptée à la pratique du MMA.

Premièrement, je vous invite à regarder plus attentivement comment combattent ces icônes du MMA :

  • Conor McGregor : On ne le présente plus, il s’agit du combattant le plus célèbre de l’UFC. Il est en outre connu pour avoir une boxe particulièrement efficace, précise et esthétique. McGregor compte pratiquement tous ses KO avec sa main gauche.
  • Nick et Nate Diaz : Les frères Diaz possèdent une boxe qui est redoutée par tout le monde. Ils s’entraînent d’ailleurs avec beaucoup de boxeurs professionnels, ce qui les a rendus particulièrement dangereux et confiants en stand up.
  • Holly Holm : La plus grande pointure de boxe anglaise présente dans le MMA. Pourtant Holm est actuellement connue pour ses terribles high kicks. Mais ses mains sont aussi très redoutées dans l’octogone.
  • Anderson Silva : L’homme qui possède tous les records à l’UFC. Bien que son style soit basé sur du muay thaï, Anderson possède d’excellentes mains et un coup d’oeil remarquable qui lui ont permis de remporter de mémorables combats. Il est considéré comme l’un des plus grands champions de MMA, si ce n’est pas le plus grand.

Attention aux amenées au sol

C’est le premier et le point principal de la boxe MMA. Nous devons faire attention aux amenées au sol, surtout aux entrées dans les jambes comme les double legs. Il est impératif de ne pas se laisser emporter par ses frappes lorsque l’on boxe en MMA. Car la sanction peut être sévère, une amenée au sol peut vous faire perdre le round ou même le combat.

Takdown de George St-Pierre

La boxe au corps à corps

Par conséquent, à quoi devons-nous faire attention lorsque nous boxons ? Premièrement, nous ne pouvons pas nous coller longtemps à notre adversaire pour le frapper au corps. Bien sûr, certains combattants le font, par exemple Nick Diaz, qui possède les compétences et le coup d’oeil nécessaires. Il l’utilise principalement quand son adversaire se retrouve sur les talons, pressé contre la cage. Ainsi, il n’a plus l’explosivité nécessaire pour entrer dans les jambes.

Nick Diaz boxe de l'intérieur

Enchaînement nombreux

Même principe que pour le corps à corps. Permettez-vous d’enchaîner plus de 2-3 coups une fois que votre adversaire se retrouve sur les talons. Ce n’est bien sûr pas une science exacte, mais principalement du feeling. Si nous insistons sur des combinaisons de poings et que votre adversaire possède de l’espace, les takedowns viendront fréquemment.

Nous devons donc constamment garder en tête que la prise de jambe peut arriver à tout moment. C’est un facteur majeur et supplémentaire à prendre en compte en boxe MMA.

Prise d’appui

La prise d’appui est aussi bien différente en boxe MMA. La boxe anglaise demande un excellent jeu de jambes, mais les appuis doivent être plus solides et peuvent être plus statiques qu’en MMA. Pourquoi ?

Principalement à cause de l’espace à disposition. L’octogone est plus vaste que le ring, les appuis doivent donc être plus légers pour pouvoir couvrir la distance nécessaire au besoin.

Écartement des jambes

Comme nous l’avons vu en dessus, l’écartement des jambes est plus important en MMA qu’en boxe anglaise. Et ceci pour deux raisons principales :

La première est la mobilité et la capacité de se mouvoir dans l’octogone. Nous pouvons facilement constater qu’un jeu de jambes trop statique dans l’octogone devient vite un gros problème. Regardez des combattants comme Holm, McGregor, Thompson ou Holloway et vous verrez que l’une de leurs forces vient de leur gestion de l’espace à disposition. En contrepartie, le ring demande un écartement moins réduit pour des appuis plus statiques.

Écartement de jambes en MMA

La deuxième raison d’un écartement plus important en boxe MMA est encore une fois contre la défense des amenées au sol. Il est plus difficile de ceinturer deux jambes si elles sont éloignées l’une de l’autre. Ainsi, les combattants qui privilégient le striking n’hésitent pas à ajuster constamment leur écartement de jambes. Il faut tout de même faire attention aux single legs qui peuvent s’avérer dangereux avec un écartement trop important. Demian Maia, par exemple possède d’excellents single legs, il est par conséquent important d’ajuster son style de combat face à ce genre d’adversaire.

Distance de combat

Comme nous l’avons vu, un écartement de jambes plus conséquent implique une moins bonne capacité à enchaîner les coups. Il est bien sûr possible de produire un enchaînement semblable à une combinaison de boxe anglaise, mais ce genre de séquence survient moins fréquemment. Un écartement de jambes plus conséquent implique une garde plus latérale. Et cette sorte de garde favorise les frappes simples, l’une des raisons pour laquelle nous voyons fréquemment en MMA des “one punch KO” qui partent de loin.

Gestion de la distance Conor McGregor

Une seconde avant qu’Eddie Alvarez prenne son premier knockdown. On peut voir que Conor gère parfaitement la distance de sécurité, et les amenées au sol sont impossibles pour Alvarez. L’option la plus plausible pour Alvarez vient d’une droite plongeante, ce qui coûtera chère à l’ancien champion.

En étant trop proche de son adversaire, c’est très simple, on favorise les amenées au sol. C’est pour cela qu’il est important d’effectuer un pressing correct et calculé si l’on souhaite réduire la distance de combat. Il est tout simplement trop risqué de constamment boxer de l’intérieur en MMA. Nick Diaz est un combattant qui  apprécie boxer de l’intérieur et qui est à l’aise avec ce style de combat. Son takedown defense n’est pas mauvais, mais il ne sera jamais excellent, ou du moins suffisant pour se protéger de tous les lutteurs.

Exercices et éducatifs pour la boxe MMA

Tout d’abord, je vous invite à lire cet article sur la préparation physique pour le MMA. Vous aurez de nombreux concepts et exercices afin d’améliorer votre condition physique.

Travail d’allonge

Comme nous l’avons vu, il est plus facile de défendre les amenées au sol avec une bonne distance de combat. Il est par conséquent très important (comme en boxe anglaise d’ailleurs) de réussir à allonger ses coups. C’est un aspect important très important en boxe anglaise, mais plus important encore en boxe MMA.

Le sac de frappe peut vous aider à travailler votre allonge. Positionnez-vous face à lui, et peu importe l’enchaînement que vous travaillez, gardez à l’esprit de rester le plus loin possible du sac. Cherchez en priorité à effectuer une rotation maximale du buste et ensuite à allonger vos épaules. Vous pouvez également décaler votre genou avant vers l’avant pour encore gagner quelques centimètres.

Inclure les sprawls

Si vous avez d’excellents sprawls, vous pouvez vous permettre de casser la distance et boxer de l’intérieur. Sinon c’est un risque à prendre en compte.

Lorsque vous répétez des enchaînements de boxe aux pattes d’ours ou au sac, terminez la combinaison par un sprawl. Vous forcerez votre système nerveux à réagir en conséquence pendant une combinaison de boxe. Surtout, en incluant constamment les sprawls à vos enchaînements, votre prise d’appui s’adaptera en conséquence et le retrait de hanches pourra se combiner parfaitement avec de la boxe MMA.

Joanna Jedrzejczyk possède l’un des meilleurs takedown defense de tout l’UFC, je vous invite à regarder comment elle intègre les sprawls à ses enchaînements de boxe.

Travail d’entrée-sortie

Un exercice issu du karaté, très utile pour conserver une distance de sécurité. Ce type de travailler vous apprendra à casser la distance rapidement grâce à un mouvement de propulsion de la jambe arrière.

Vous pouvez pratiquer cet exercice au sac ou avec un partenaire. Pensez à vous positionner à distance de sécurité (hors d’atteinte des jambes et des bras), puis propulsez-vous avec la jambe arrière pour vous rapprocher de votre adversaire. Continuez par votre enchaînement (peu importe le nombre frappes), et une fois la combinaison terminée, prenez appui sur la jambe avant et revenez en position initiale de sécurité.

Faites attention au contre dans ce genre de déplacement, car vous générez beaucoup de vitesse et cela décuplera l’impact d’un coup de poing que vous pourriez encaisser.

Conclusion

Pour terminer, les différences entre les deux formes de boxe reposent sur des détails qui sont difficilement visibles d’un œil extérieur. Le facteur principal qu’il faut garder à l’esprit par rapport à la boxe anglaise ou au kickboxing, est la gestion des amenées au sol. Regardez les combats de Demetrious Johnson qui arrive à la perfection à combiner la boxe et la lutte.

Gardez à l’esprit qu’un espace de combat plus grand implique un écartement de jambes plus grand et que le travail d’allonge doit être maîtrisé pour conserver une distance de sécurité en boxant. Lorsqu’un combat est serré en striking, la différence peut se faire sur les amenées au sol. Gardez cela à l’esprit lorsque vous êtes en boxe MMA. Le takedown defense le plus impressionnant à mon goût est celui de Jose Aldo, il possède un contrôle de la distance, un réflexe exceptionnel et une manière de pivoter qui rend les amenées au sol très difficiles. Une faculté qui lui permet de diriger le combat où il le souhaite et de boxer face à des lutteurs comme Frankie Edgar et Chad Mendes.

Dis-moi ce que tu en penses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.